dimanche 1 mars 2015

JEU 3 : Poème "sandwich"


Après le déferlement d'humour déjanté
de février, j'avais envie
pour ce mois-ci, d'un brin de poésie...
.
Aussi vous ai-je concocté
après la petite "salade de mots"
du mois précédent, un tout nouveau "concept" :
le "poème sandwich"...
.
De quoi s'agit-il ?
C'est très simple :
on prend un poème existant, 
et on en garde seulement le premier et le dernier vers...
Puis on "remplit" l'intérieur à sa façon, à sa "sauce"...
tout en conservant une forme poétique...

(Mais on a le droit de changer la longueur du poème
et d'utiliser d'autres rimes pour les vers intermédiaires...)
.


Exemple  :

Qu'il est doux, qu'il est doux d'écouter des histoires, 
Des histoires du temps passé,
Quand les branches d'arbres sont noires,
Quand la neige est épaisse et charge un sol glacé !
Quand seul dans un ciel pâle un peuplier s'élance,
Quand sous le manteau blanc qui vient de le cacher
 L'immobile corbeau sur l'arbre se balance,
Comme la girouette au bout du long clocher ! 
(...) 
Alfred de Vigny
"Poèmes antiques et modernes"

.
Florilège de poèmes célèbres : ICI
.


Création possible à partir du poème ci-dessus :

Qu'il est doux, qu'il est doux d'écouter des histoires,
Le soir, devant la cheminée,
Quand s'endort doucement le chat pelotonné
Qu'il est doux, qu'il est doux d'être le seul auditoire
De ta voix aux accents modulés
Qui me berce et fait frémir ma mémoire
Comme la girouette au bout du long clocher...
.

Merci, lors de l'envoi,
undeuxtrois4@orange.fr)
de penser à indiquer les références du poème de départ :
titre, auteur et éventuellement "lien internet"...

Vous pouvez aussi laisser votre texte...
dans les commentaires.

Date limite : 21 mars 2015
.
De Baudelaire à Apollinaire,
de La Fontaine à Victor Hugo,
de Maurice Carême à Prévert,
de Villon à Brassens,
la palette est large...
choisissez ce qui vous plaît...
et régalez-nous !

A vos plumes, donc...amis poètes
et que la Muse vous inspire !
:-)
.

19 commentaires:

  1. « Après le déferlement d'humour déjanté
    de février... »
    « Après le déferlement d'humour déjanté
    de février... »

    Humour déjanté... ?
    Autant dire que certains des participant à ces jeux ont un petit vélo qui leur tourne follement dans la tête au point de s’en arracher les "neus"-rones (les peuneus, comme on dit en Occitanie)

    Amezeg :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit vélo dans la tête ?
      Peut-être bien....:-)))
      http://www.alpavista.ch/Alp11/2010/04/11/un-petit-velo-dans-la-tete/

      Mais comme j'ai à peu près le même, (et tout aussi "déjanté"), ça me plaît bien...:-)

      Une bande de "oufs" comme celle de février, je la "re-veux" sur Filigrane jusqu'à la fin de l'année... !

      Supprimer
  2. Contrôle anti-dopage à la fin de l’année... ?

    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, contrôle EPO : Expression Poétique Obligatoire... ;-)

      Supprimer
  3. Ah oui ! EPO, ce truc qui met bien...la pression ... parfois jusqu’au déjantement :-)

    RépondreSupprimer
  4. ...peut-être mais...c'est déjà mars et ça repart...

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  5. Un petit sandwich...ça requinque aussi ! :-)

    RépondreSupprimer
  6. Je vais attendre d’avoir un p’tit creux pour m’y mettre, sans attendre d’avoir un appétit de requin des Îles Sandwich...

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  7. Bon, ben, juste un p'tit "vers", alors ? :-))

    RépondreSupprimer
  8. Humm... peut-on au petit vers se fier sans pêcher par excès de sobriété... ?

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  9. Ne "pêchons" pas par excès de quoi que ce soit,
    faisons de notre mieux...
    et nous "vairon" si le poème est réussi...

    Petite leçon de poésie :
    A chaque fois que tu vas "à la ligne", y'a "un vers"...
    et faut savoir que les "âmes sont"...dessous... :-)

    RépondreSupprimer
  10. Que j’aime le vers rond !
    Je voudrais avec lui
    Boire toute la carafe
    Et siroter le puits
    De nectar jusqu’au fond ;
    Juste avant le paraphe...

    RépondreSupprimer
  11. tu as fait de jolis poèmes le problème c'est que je n'arrive pas à faire les rimes et mettre le nbre de pieds comme il faut dans un vers

    RépondreSupprimer
  12. Merci !
    À ce propos, sais-tu qu’en breton, "yac’h pesk", sain (comme) poisson, exprime l’état de pleine santé... ?

    Je suppose que les vers malicieux de la "petite leçon de poésie" sont de ton cru (sans t’imaginer cependant vigneronne de ton état ... :-)

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  13. "Frais comme un gardon", dit le français.

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  14. Oui, les vers malicieux sont "de mon cru"...:-)
    Les blagues, contrairement aux vins, vieillissent mal...et les miennes, en général, sont, comme le gardon, "fraîches"... ;-)
    Mais j'ai "piqué" les "âmes sont"...à Renaud ! :-)

    Cf : "Nos âmes sont tordues,
    pour pêcher, c'est le pied..." :-)

    RépondreSupprimer