vendredi 5 juin 2015

JEU 6 : Poème 2




LE TRÉSOR

Vibrait un joyeux mélange
de bâbord jusqu’à tribord
mais lorsque pointa l’aurore,
nous avions perdu le nord
et la carte du trésor !

Souhaitant que tout s’arrange,
pour contrer le mauvais sort
et nous conduire à bon port,
nous avons prié très fort.


Car nous n’étions pas des anges,
il fallait bien que l’on mange,
nous n’avions que des oranges
pour soutenir nos grands corps.

Un soir à l’heure où tout dort,
vint vers moi une mésange,
se percha sur mes phalanges,
dans son bec un écu d’or !

Petit oiseau je t’adore !
.
.
.



10 commentaires:

  1. Te lisant avec transport,
    Une question vient au bord
    De mes lèvres desséchées...
    Je m’en vais te la poser :
    Ce mélange est-il, Michelle,
    Un très savoureux coquetel
    Qui dégèle la banquise,
    Fait chavirer la marquise,
    Et, sans faire de quartier,
    Découvrant la Toison d’or,
    Vous épluche tout entier ?
    Ce n’est pas un mauvais sort,
    Car il fait chanter bientôt
    - Soprano, basse ou alto -
    Le petit oiseau qui dort
    Dans les cœurs et dans les corps.

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  2. Je raffole des symboles
    Je suis donc un peu folle
    Ce coquetel comme tu dis
    M'emmène au para-dit
    Des idées paraboles
    Jouissives et si frivoles
    Faisant frémir ma vie
    Sans contredit

    Michelle





    RépondreSupprimer
  3. Merci, Michelle, pour l’obole
    De ces mots, dièses et bémols,
    Qui font chanter le déduit
    Entre les lignes du dit.

    Amezeg :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et merci à vous deux pour ces lignes guillerettes et enchanteresses...
      j'aime quand la poésie envahit -avec bonheur- les commentaires...:-)

      Supprimer
  4. La mésange... beau symbole que celui de l'oiseau, pour les marins perdus en mer... Grâce à lui, ils savent que la Terre n'est plus très loin :-)

    RépondreSupprimer
  5. Ma mésange m'a fait penser à la colombe de Noé.

    Michelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecu d'or ou rameau d'olivier, voilà deux jolis présents arrivés ...à tire d'ailes...

      Supprimer
  6. Ah... Sacré Noé !! (c'est le prénom de mon petit-fils....... J'ai un sourire immense en te lisant, Michelle !!)

    RépondreSupprimer
  7. Dans la langue des oiseaux, le prénom Noé est porteur d'un paradoxe qui convient
    très bien à l'histoire biblique du déluge:

    C'est à la fois "No way" (sans chemin) et "Know way" (connaît le chemin).

    Je le sais par un prénom qui m'est venu spontanément à l'esprit: Noémie.
    Je me suis dit: "Moi qui n'ai pas de chemin" et dans un 2e temps: "Moi qui connais
    le chemin". Soulagement!

    Michelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Noé me............. Wow...... Merci Michelle... Je ne sais pas tout, sur ce prénom... Mais ce petit, who's a part of me, know the way :-))

      Supprimer