dimanche 14 juin 2015

JEU 6 : Poèmes 6 et 7

Dans un (tout) autre style... ;-) 


Jamais content

Bon Dieu, qu'est-ce que c'est que c'monde étrange ?
Qu'est-ce que j'fous là ? Par où on sort ?
J'me sens comme un carré au milieu des losanges
Pis c'est qui qu'a inventé la mort ?
Si c'est toi, je t'le dis : faut qu'ça change !
Y'a des jours où ça va pas fort !
Regarde en bas, soulève ta frange !
C'est quoi cette terre qui tourn' pas rond, mille sabords
Autour d'une drôle de boule orange ?
Pourquoi on doit faire tant d'efforts ?
Pourquoi c'est toujours les mêmes qui "engrangent" ?
Et pourquoi j'me pose tant d'questions sur mon sort
Pendant qu'les autres y boivent, y mangent
Y bossent, y tweetent, y font du sport ?
Sans compter ceux qui s'vautrent dans la fange...
Ceux qui tueraient pour un peu d'or...
J'sais pas comment t'as dosé ton mélange
Mais y s'font tous la guerre, c'est gore !
Un joli monde que celui-là, Milord !
...ça pue l'essence, ça pue le chlore
La mer, elle sent l'huile de vidange
J'te parle pas d'la faune et d'la flore...
Non, sans dec, cette foutue vie, j'l'échange
Tout de suite, sans un remords
Contre celle de...tiens, celle d 'un ange
Un ange, c'est cool, ça rêve, ça dort
Et pis en plus personne le dérange
Vu qu'on n'y croit plus, c'est tout confort...
Alors, c'est bon, tu dis oui, c'est d'accord ?
Merci mon Dieu. Vrai ! ça m'arrange !
...
.
Bon Dieu , qu'est que c'est que c'monde étrange ?
Qu'est-ce que j'fous là ? Par où on sort ?
J'me sens comme un con au milieu d'ces nuages roses et oranges...
Non, mais c'est quoi, c'nouveau décor ?
Elle est où mon amie Solange ?
Et pis, ces ailes, ça m'gratte à mort...etc.
.



Réponse...divine 
(envoi d'Amezeg) :

Ah ! Diable ! Tonnerre de Brest et mille sabords !
J’naviguais tranquillement, sans même tirer un bord,
Et v’là qu’ monte, c’est pas du Mont Thabor,
Une détresse me poussant aux remords.
On voudrait p’t -être que J’arrange
Les vains désordres qui dérangent
L’idéaliste, le turfiste et l’agent de change...
Croyez-moi, la main parfois Me démange
De lâcher la barre, de virer tout à fait de bord,
De laisser le monde et de rentrer au port...
Mais, peuchère ! Je suis le monde, Je suis le port,
Et Je suis aussi la détresse, la joie et tout le saint ressort
Qui animent cette pauvresse Me suppliant si haut et fort...
.



17 commentaires:

  1. Ton poème est tout à fait génial!

    Incroyable tout ce qui ressort de deux rimes seulement!

    Bon dimanche,
    Michelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Michelle...

      Le petit nombre de rimes autorisé...
      est justement là pour obliger à la créativité...

      Il y a encore une semaine avant le 21...
      si vous avez de nouvelles idées, n'hésitez pas !

      Supprimer
  2. Ah ! Diable ! Tonnerre de Brest et mille sabords !
    J’naviguais tranquillement, sans même tirer un bord,
    Et v’là qu’ monte, c’est pas du Mont Thabor,
    Une détresse me poussant aux remords.
    On voudrait p’t -être que J’arrange
    Les vains désordres qui dérangent
    L’idéaliste, le turfiste et l’agent de change...
    Croyez-moi, la main parfois Me démange
    De lâcher la barre, de virer tout à fait de bord,
    De laisser le monde et de rentrer au port...
    Mais, peuchère ! Je suis le monde, Je suis le port,
    Et Je suis aussi la détresse, la joie et tout le saint ressort
    Qui animent cette pauvresse Me suppliant si haut et fort...

    Amezeg :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-)
      T'es sûr que tu t'es pas trompé de signature ??? :-))

      J'ai cru reconnaître là la voix du Très-Haut (ou du Très-Bas, c'est selon...)...
      mais c'est signé...Amezeg... ;-)

      Excellent, ce poème...
      En plus, il répond aux critères du jeu...
      Je publie ?

      Supprimer
    2. Amezeg n’est que l’un des pseudonymes sous lesquels on me connaît... :-)

      Publie, si le cœur t’en dit, ce petit bout rimé que, pour ma part, je n’ose appeler poésie.
      Aura-t-il encore quelque sens lorsqu’il sera séparé de ta longue harangue au Très Tout *?

      Je ne peux malheureusement pas en discuter plus longtemps avec toi car deux souriants jeunes hommes viennent de sonner à ma porte. Ils semblent m’apporter en offrande une sorte de grande tunique munie de solides fermetures. J’entrevois, entre leurs carrures de déménageurs, une ambulance toute pimpante sagement garée sur l’allée du jardin.

      Amezeg

      * Qui est aussi LeTréport, puisqu’il est partout le port, ici-bas et même dans l’au-delà comme semble le confirmer Wikipedia : « Mentionné au XIe siècle sous les formes latinisées Ulteris portum et Ultris portum, d'un bas latin non attesté *Ultrensis portus « le port qui est au-delà », celui-ci se situant en aval de la ville d'Eu. La forme picarde le Troiport, parfois citée au Moyen Âge, ne s'est pas maintenue. »
      La forme picarde nous rappelle bien le mystère des Trois en Un qui peut piquer la curiosité de tout un chacun. La ville d’Eu fut autrefois la ville d’Ou, ce qui témoigne indéniablement de la difficulté que l’on eut de tout temps à circonscrire le divin mystère et à lui attribuer une circonscription terrestre indubitable.

      Supprimer
    3. Je ne pensais pas séparer ton "bout rimé" du mien...j'avais dans l'idée de le publier juste après...et c'est d'ailleurs ce que j'ai fait. :-)

      L'ambulance a pour habitude d' "embarquer" ceux qui se prennent pour le "Très Tout"...mais elle a fort à faire...car ce dernier, comme tu le rappelles n'est séparé de rien ni de personne...
      Mais ne t'inquiète pas, où qu'elle t'emmène, ce sera "à bon port"... ;-)
      Et puis, pour rester dans les "rimes", si je peux, je t'apporterai..des oranges... :-)))

      Supprimer
  3. Ahhhhhhh............ la musique, (à ce qu'on dit hein ? moi, j'prétends rien ..) elle a le pouvoir d'adoucir les mœurs... les cœurs........... Et les anges en colère, aussi ! Alors, tu te calmes maintenant, hein ?? Ouais, toi, l'ange qui crie fort, avec ses ailes qui grattent à mort ! Tu les déploies, tes ailes.. et tu décolles !! Le vent va te soulager ... Survole-le le monde, et dis-lui "merci" ! :-)
    https://www.youtube.com/watch?v=7WRk-sJcf44&list=RD7WRk-sJcf44

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y'a des anges plaintifs...
      et y'en a qui s'ignorent...

      Mais Dieu est patient...
      on va lui laisser un peu de temps... ;-)

      Supprimer
    2. .......................... Tu sais qui je m'imagine bien pousser une "gueulante" comme ça, une fois arrivé "là-haut" ?? (et même si le titre me fait penser à Souchon; je vois plutôt bien le Balavoine tenir tête au grand barbu :-))

      Supprimer
    3. Ouais, y' a du Balavoine dans ce genre de "coup de gueule"...
      D'ailleurs, même si je n'ai pas précisé le sexe de celui ou celle qui parle dans la tirade, et que j'ai trouvé une image avec une femme dans la "main de Dieu", j'imaginais plutôt, dans le rôle du "mécontent"" ...un homme ! :-)

      Mais on va laisser le choix au lecteur d'imaginer ce qu'il veut...tout comme je le laisse imaginer le "genre" de celui ou celle qui "tient la barre" de ce monde... :-)

      Supprimer
    4. Tu te rends compte ?? Peut-être tenons-nous là, enfin dévoilé, le secret de la Femme à Barbe ?? Tout ça avec juste quelques grammes de poésie ?? Ouche !! :-))))))

      Supprimer
    5. En fait de "femme à barbe", je voyais plutôt un "capitaine" aux mains fines et délicates...:-)
      Mais une "grande barbue" (attention, pas "barbie", "barbue" ;-) sur son nuage, c'est pas mal non plus... :-)

      Supprimer
  4. Il est vrai que, placé à la suite de ta charmante tirade, ce n’est pas si mal... :-)
    Je vois sur la photo que Dieu le port (des âmes navigantes ) a les mains d’une fine barreuse et je n’en suis pas surpris.

    Amezeg

    P.S. Les ambulanciers m’ont simplement demandé si je n’avais pas vu une femme se prenant pour une Licorne traverser le jardin en caracolant... ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amezeg,sache que j'assume ma "folie douce"...et je continuerai encore à caracoler...où bon me semble...et à "engueuler" qui je veux aussi... :-)
      Et si je passe dans ton jardin, je m'arrêterai sûrement pour te dire bonjour...
      A moins que je n'aie déjà laissé "pousser mes ailes" et que je ne m'envole tout de suite au dessus de la haie...

      Supprimer
    2. J’ "ensacherai" donc ton grain de folie et le mien, avec ceux de quelques autres, afin qu’une main innocente puisse peut-être un jour les semer sur le champ monotone du trop raisonnable... :-)
      Dans mon jardin on cueille parfois des fruits...de mer : fruits à coque tels les araignées, les crabes-cerises, les dormeurs, et parfois un bernard-l’ermite assez rêveur. Il est dommage de s’envoler avant de les avoir goûtés (sauf l’ermite qui n’est pas réputé être
      très comestible...;-)

      Amezeg

      P.S. Je vois que le Grand Barbu de l’illustration dispose de six doigts à la main droite (en ajoutant le pouce qui n’est pas vu). S’il en avait eu sept, j’aurais imaginé qu’il comptait Son œuvre sur le bout des doigts, mais pour six doigts seulement je ne vois pas à quoi ce chiffre peut correspondre...

      Supprimer
    3. P.P.S. J’avais mal compté... la main du Grand Barbu n’a que cinq doigts, le côté de la paume m’avait semblé être un auriculaire. Je Le prie de me pardonner cette funeste erreur.
      On croque parfois un dormeur de trop et l’attention s’en ressent...:-(

      Supprimer
  5. Tu as l'oeil aiguisé, je n'avais pas vu ce détail...sur le dessin du haut.

    Il me semble que pour le poème 6 du jeu 6...
    6 doigts c'est tout à fait ce qu'il fallait... ! ;-)

    Et puis, vu le travail qu'il a...un doigt supplémentaire peut être utile .. ! :-)

    RépondreSupprimer