samedi 12 mars 2016

JEU 15 : Les demoiselles de Rochechose


images proposées par Valentyne


Elles étaient trois soeurs presque trumeilles
nées sous le signe des merveilles
L'aînée voulait devenir vedette, frêle Primerose,
Elle rayonnait comme la chaleur du soleil.
La cadette aimait les fanfreluches, tendre Mireille,
Elle levait la main avant de chanter vers le ciel  rose
et de son arbribustier sortait des chants en prose.

Pas de nénufar dans le poumon droit de la dernière, Isabeille,
mais le dos fragilisé par une fougère-scoliose,
elle complétait le tableau de ces jeunes filles sous la treille.


Isabeille n'en était pas moins une diva de la tête aux orteils
Elle déclamait des verts, tressait des lauriers roses.
Père inconnu pour ces demoiselles, que la  mère Anna Morphose,
appelle en secret Fabre d'Eglantine, elle ose :
"L'anniversaire de mes filles tombe en nivôse, pluviôse,  ventôse "

Ce fut à Mireille que la fortune sourit grâce à son teint (ou bien à cause)
Sous les feux des projecteurs ses branches poussèrent au soleil
Elle emmena ses soeurs dans le sillage de son talent, puce à l'oreille.
Ainsi naquit la  réputation des grâces vermeilles,
La chanteuse, la danseuse et la poétesse en prose.
Un paparazzi Joël les mit en valeur, en symbiose
Nul besoin de verres fumés pour créer le mystère  de l'osmose.

Mireille, la jeune fille s'effeuilla, il en fut tout chose
Joël appella ses trumeaux Noël  et Sixtroène, ce virtuose.
Ils tournèrent un film sans prétention "Les parapluies de Torreilles".



Jusqu'au jour où,  Primerose  prit racine dans une jardinerie close
Amoureuse d'un fermier local aux yeux de maquereau à groseilles
Elle se barricada derrière son chapeau d'âme à fleur de pose,
Lumineuse, elle bourgeonna et rejetonna d'arbrisseaux vert bouteille
Elle oublia ses sœurs pour son Jacques demi-magicien d'Oz.

Et elles partirent  les deux sœurs restantes,  un peu moroses
Regrettant leur  étoile, le coeur gros , le coeur arraché de sa corbeille.
Leur complicité avait vécu ce que vivent les roses.

.





5 commentaires:

  1. J'adore. Je suis fan de ces filles végétales. De bien beaux détournements et de superbes inventions. En fait, un bel hommage à la magie entière de l'univers de Jacques Demy.

    RépondreSupprimer
  2. Coline Serreau pourrait en faire "Les belles vertes"...!

    Très attachantes...ces trois belles plantes...auxquelles on prête le visage de Catherine Deneuve et de Françoise Dorléac, accompagnées d'une soeur imaginaire.
    Merci, Valentyne, pour ce plongeon dans le passé,qui nous ramène à ces années un peu "magiques" où tout était plus gai et plus léger.

    RépondreSupprimer
  3. Merci La Licorne pour ce beau sujet très inspirant ;-)
    Bonne semaine ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Deuxième lecture, toujours aussi jouissive.
    Et où as-tu trouvé les illustrations ?
    C'est vraiment excellent, tout ça...
    Merci d'avoir bougé tes orteils aussi joliment !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou
      Voici la source des photos http://www.lamodeetlapub.com/2014/06/06/hermes-presente-sa-nouvelle-collection-de-chapeaux-en-poemes/
      Bisessss

      Supprimer