vendredi 8 avril 2016

Façon Devos...

Deuxième essai pour l'Agenda ironique

Thème :



On dit : un fil, des fils...
Mais un fils, des filles...
C'est quand même drôle la langue française...

Tiens, j'ai connu une fille,
Qui avait deux fils...
A plomb !
Comment ça, ça ne tient pas debout ?
Si...
Droite comme un i...la fille
Elle avait de l'aplomb, je vous jure...
Elle avait de l'aplomb pour deux !
Même si elle n'avait pas inventé le fil...
A couper le beurre.
Elle était avec un beau black
Et elle en avait eu deux fils...
Le premier fils, elle l'avait appelé Théophile.
Il filait du mauvais coton...
Le deuxième, miséri-corde !
Il lui donnait aussi du fil à retordre...
Il était comme son père...
Les mystères de la filiation...
Tel père, tel fils !
T'es l'père ? T'es l' fils !
Bon, au fil des jours, ça ne s'est pas arrangé...
Il donnait des coups...
Des coups d'fil à tout l'monde...
Toujours au bout du fil...
Allô ? Allô ?
A l'eau ?
Mais vous l'avez déjà vu, vous, le fil de l'eau ?
Pour le trouver, vous pouvez toujours courir...
C'est comme les fils de la vierge...
Non, mais...franchement...
Tout le monde sait qu'elle n'en a qu'un !
Alors, pourquoi est-ce qu'on dit "les" ?
Toute cette vieille histoire ne tient vraiment qu'à un fil...
Un seul fil de Dieu...enfin, c'est ce qu'on dit...
Y'a 2000 ans
Y'en a un qui a trouvé le bon filon...
Et puis au fil du temps
L'écheveau s'est compliqué
Et on a un peu perdu le fil...
On en a passé plus d'un au fil de l'épée...
Pour des raisons minces comme un fil...
Eh oui, c'est comme ça avec la religion...
Si t'es pas affilié...t'es un filou...
On te met vite le fil à la patte...
Et tu ne peux plus filer !
Un peu comme l'armée, d'ailleurs :
Tu défiles...tu défiles...
Mais essaie de te défiler...
Et tu verras !
Bon, on parlait de quoi, déjà ?
Ah oui, de cette fille...et de son fils Théophile...
Au final, le fils, il a fini prof de philo, dis !
Qui l'eût cru ?
Il a commencé sur le fil du rasoir
Mais il est passé entre les mailles du filet
En 68, on lui a refilé le bac de justesse
Mais on l'a bien aiguillé,
Il s'est retrouvé dans la bonne filière...
Et ensuite, il a su trouver une bonne enfile...
Entre nous, faut dire
que c'était un sacré embobineur !

Bon, excusez-moi ,
le temps file, le temps file...
Faut que j'y aille...
Je dois aller filer un coup de main
à mon voisin...Phil...ibert
et j'suis garé en double file...
Bien le bonjour chez vous !
.
La Licorne
.

24 commentaires:

  1. Vraiment très amusant, c'est dans la droite lignée de Devos, vraiment!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Mo, j'ai fait de mon mieux...Difficile de passer après un monument pareil !

      Supprimer
  2. Nous avons décidément les mêmes valeurs ! :-)

    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  3. Bravo, je le redis, bravo : bien ficelé, bien pesé, elle nous a embobiné la fille ! Je suis scotchée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anne...j'ai beaucoup apprécié également les aventures de..Sibélius, et j'essaie depuis hier, de te laisser un message de félicitations...mais on dirait que ton blog ne me "reconnaît" pas...
      je vais essayer d'insister...:-)

      Bonne journée à toi !

      Supprimer
  4. Je me suis régalée!!!! Je te fil-y-cite!

    Bonne fin de semaine!

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. Merci à vous, Claire et Emilie...
      Cela n'a pas été trop difficile...le sujet était du genre à m'inspirer...

      Supprimer
  6. Ben didonque, La Licorne, tu nous as filé du lourd, sans surfilage, sans faux filages, sans te défiler, c'est du concours de haut niveau. Le Devos, y doit bien se marrer de là-haut, ça doit lui faire drôlement plaisir d'être fêté de la sorte. Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que , de là-haut, il m'a "filé" un coup de main...qui sait ? ;-)

      Supprimer
    2. Et puis après mon petit poème très très léger...fallait du "lourd" pour équilibrer ! ;-)

      Supprimer
  7. De fil en aiguille tu as construit un poème s'est déroulé comme un beau tapis persan d'une belle trame et sans aucun effilochage. Il est parfaitement bien effilé je dois dire, tu as tiré le fil de l'essentiel. bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bizak, c'est gentil...
      Et puis la comparaison avec un beau tapis me plaît...
      Texte et textile ont la m^me étymologie : écrire, c'est avant tout "tisser" les mots...

      Passe une bonne nuit !

      Supprimer
  8. Ah, oui! Je me disais aussi...c'est bien toi, la fille cachée de Devos!
    Bravo.

    RépondreSupprimer
  9. Quelle inspiration ...tous ses fils qui se croisent et jamais ne s'emmêlent (s'en mêlent?)
    Ton blog ne s'appelle pas FILigrane pour rien ;-)
    Bonne semaine :-)

    RépondreSupprimer
  10. Merci, les filles, pour vos commentaires élogieux...et merci à celles qui participent aussi activement au jeu 16 !

    RépondreSupprimer
  11. Là, la licorne corne l'hallali... non, j'y arrive pas au quart de la moitié aussi bien que toi :) n'est pas dévot de Devos qui veut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être...mais moi, je ne saurai jamais raconter les histoires de Renard...aussi bien que toi !
      Chacun son talent ! :-)

      Supprimer
  12. Pas de faux pas, elle se faufile ! Dévot de Devos s'abaisse, s'incline, s'courbe tant il s'échine à parfois trouver-trimer trois mots qui riment mais, à rien. Alors, Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y'a des jours où ça vient, et des jours où ça ne vient pas...
      C'est tout le mystère de l'inspiration !
      Alors, quand, par hasard, on tient le fil...faut pas le lâcher...
      C'est ce qui m'est arrivé...

      Supprimer
  13. C'est vrai que c'est du Devos votre truc. J'entendais sa voix en vous lisant. Beau travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      J'ai toujours aimé la façon dont il jouait avec les mots...mais c'est la première fois que j'essayais de l'imiter !

      Supprimer