vendredi 22 avril 2016

Une si belle histoire...

Pour "Les plumes 51" d'Asphodèle :

20 mots à placer : Abeille, arabesque, ambre, arpenter, automobile, abricot, actif, azimuté, s’agenouiller, anamorphose, aimer, accroche-coeur, ajouter, affirmativement, approximatif, alléchant, ambiance, ahuri, agir, abreuver.
Et une phrase : 
"La soif ne me quittait plus."

 

C'était un soir d'avril, pendant les vacances de printemps. Après sept heures de route, j'avais garé l'automobile devant l'hôtel, monté les valises...j'avais baigné la poulette, je lui avais mis son  pyjama-abeille - jaune rayé de noir - et je m'étais agenouillé près de son lit, en pensant déjà au match de foot d'anthologie qui allait commencer dans une demi-heure...
Je pensais m'en tirer avec un bisou approximatif, mais...
- Dis, papa, tu me racontes une histoire ?
- Euh...c'est maman qui les raconte d'habitude, ma puce...
- Oui, mais ce soir, je voudrais que ce soit toi...
- Ah .. je vais chercher un livre, alors...
- Non, non, c'est toi qui inventes ! Allez, s'il te plaît...Papounet...
Il y a des creusements de fossettes et des battements de cils auxquels aucun père ne peut résister.
- Hum...alors, voilà ...c'est l'histoire d'une petite fille très très mignonne, avec de jolis accroche-coeur, comme toi. Elle s'habillait toujours en orange...c'est pourquoi, dans son village, on l'appelait Le petit Abricot.
-...ça me rappelle une autre histoire...
- Mais non, celle-là, c'est la mienne...bon, un jour, elle partit cueillir des fleurs dans la forêt...et elle rencontra un loup, un loup tout noir avec de grands yeux d'ambre, qui s'abreuvait à un ruisseau.
- Y'avait un agneau tout près de là ?
- Mais non, écoute donc la suite...
Le loup lui dit : "Petite, tu peux peut-être m'aider...vois-tu, cela faisait des jours et des jours que j'arpentais les sentiers de cette forêt, la faim et la soif ne me quittaient plus, j'étais harassé...j'étais épuisé...quand tout à coup, au fond d'une clairière, j'ai rencontré une grand-mère...elle était bien maigre, toute noueuse, pas très alléchante à vrai dire, mais je l'ai quand même mangée !
- Oh ! Je  la connais déjà ton histoire, Papounet...
- Attends ! Ce n'est pas fini..."Je l'ai mangée, ajouta le loup , mais ce que je ne savais pas, c'est que ce n'était pas une grand-mère ordinaire...c'était une sorcière...la sorcière Anamorphose...une sorcière qui pouvait changer de forme à volonté et qui jetait des sorts affreux à tous ceux qui l'approchaient...
- Humm...l'ambiance change, dis donc...j'ai un peu peur...
- Oui, elle était terrible, cette vieille-là, et depuis que le loup l'avait mangée...il se sentait bizarre...tantôt ahuri...incapable d'agir, tantôt hyper-actif, exubérant, totalement azimuté ..il sautait partout, .il était comme fou...et on raconte même qu'il avait acquis d'étranges pouvoirs...
- Ah oui ? Quel genre de pouvoirs ?
- Eh bien, on dit que...non, je ne peux pas te le dire...tu aurais trop peur !
- Si, si, dis-le, je suis grande maintenant !
- Sûr ? Alors, voilà : il avait le pouvoir de sortir du récit et d'apparaître dans la chambre des enfants à qui l'on raconte cette histoire...
- AAAAaaaah !
- Oui, mais je connais une façon de l'en empêcher...
- Laquelle ?
- Eh bien, si l'on répond affirmativement trois fois de suite à une question, il ne peut plus rien faire...Si tu dis OUI trois fois, tu seras protégée...et lui, il sera délivré de son sort...
- Vraiment ? Vite ! Pose-moi vite trois questions, Papounet...
- Tu es prête ?...
  Est-ce que tu as aimé mon histoire ?
- Euh...oui !
- Autant que celles de maman ?
- Hum...oui !
- Et est-ce que tu me promets que tu vas t'endormir très très vite, maintenant ?
- Oui, papa !...Je te le promets...
- Alors, petit bisou sur le front, petite arabesque sur les joues...petite caresse sur le menton...dors, petite fille...dors...le loup est délivré de son sort...tu as dit trois fois oui...c'est fini...tout va bien...dors...dors...on est les plus forts...

8h55. Pitchounette a fermé les paupières et rêve, tout sourire, d'un Petit Abricot qui nargue le méchant loup...
- Hé, hé...C'est vrai que c'est moi le plus fort...me dis-je, en appuyant juste à temps sur le bouton de la télécommande...

(645 mots)
. 


31 commentaires:

  1. Génial ce papa gâteau...Comme quoi, on peut concilier le foot et la paternité, il suffit seulement d'un peu d'imagination...Bravo ma Licorne, c'est une chouette participation.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Célestine...
      Toute ressemblance avec des événements vécus ne serait que pure coïncidence, bien entendu...;-)

      Supprimer
  2. On a toujours besoin d'une petite sorcière avec soi. Et ce papa a beaucoup d'imagination !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Imaginatif, le papa, mais aussi un peu...roublard ! :-)

      Supprimer
  3. Un papa génial pour une histoire qui l'est aussi ! Trop fort de faire monter ainsi la tension et de conclure par ces trois oui pour endormir la pitchoune ! Nous, on ne s'endort pas, on en redemande ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh...quand on est motivé, on trouve des ressources...insoupçonnées ! ;-)

      Et ne t'en fais pas...je t'en écrirai d'autres, va, d'histoires...

      Supprimer
  4. Excellent! quand les papa libèrent leur imagination pour charmer leur enfant et s'assurer de regarder leur match favori. Un texte très bien construit et j'avoue avoir partagé la crédulité de la petite fille et j'ai eu peur des pouvoirs du loup. j'en souris encore!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...tu dois avoir gardé...une âme d'enfant !
      ..ça tombe bien, moi aussi ! :-)

      Supprimer
  5. Alors là, bravo !!! Les trésors d'imagination employés par les papas pour faire dormir leurs enfants, hein !!! La fin est génialissime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lydia...
      La fin se voulait malicieuse...car le papa est à la fois très tendre...et très accro à son match...ce qui le rend un peu...manipulateur ! ;-)

      Supprimer
  6. Je ne me suis pas aussi bien régalée que le loup quand il a bouffé la grand-mère mais je n'en ai pas eu les effets secondaires non plus. Oui, je me suis régalée comme on déguste un éclair au chocolat aussi moelleux et doux qu'une couette fraiche, aussi joli qu'un coquelicot en plein champ. Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel que soit notre âge, on a besoin de douces et belles histoires...n'est-ce pas ?
      Ceci dit, le mot "Belle" dans le titre était légèrement...ironique !

      J'ai une idée : la prochaine fois, j'essaie d'écrire :"Une Sibelius...histoire"...qu'en penses-tu ? ;-)

      Supprimer
    2. Ah, au fait, je suis passée chez toi...j'ai laissé un message, mais, encore une fois, il n'apparaît pas (ça marche...seulement une fois sur deux ! Je crois qu'il faudrait que je m'abonne à Google Plus pour qu'on me prenne systématiquement mes commentaires, mais j'ai pas envie.....)

      Supprimer
  7. Boon, le truc, qui ne s'y laisserait prendre ? magie du récit, magie du conte, magie des fossettes ! je suis arrivée à la fin sans m'en rendre compte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parce qu'Anna Morphose t'avait jeté un sort...:-)))

      Supprimer
  8. Touchant et attendrissant ! Les mots se fondent, fluides, au cœur même du récit.
    J'aime cette "force tranquille" qui s'affirme tout au long de la narration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Michelle. C'est effectivement ce que je cherche à faire en écrivant l'histoire : faire oublier qu'il y avait un défi ! (et des mots incasables !)

      Supprimer
  9. ah le pouvoir des "creusements de fossettes et des battements de cils" d'un côté et celui des histoires pour endormir les enfants de l'autre ...toujours magiques....

    RépondreSupprimer
  10. Gentil Papa mais heureux de pas rater ça ! J'en connais un autre qui attends l'Euro !!!

    RépondreSupprimer
  11. C'est génial,
    j'étais totalement sous le charme,
    Grand merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé également "génial", patchcath, ton texte bourdonnant...et j'aime bien aussi, sais-tu, tes travaux d'aiguille...:-)

      http://filigrane1234.blogspot.fr/2016/04/un-seul-fil.html

      Supprimer
  12. Un joli conte comme je les aime, avec des tournures inattendues et belles, donnant au texte un charme pour suivre jusqu'au bout la fin de l'histoire. Vraiment génial comme texte, avec un très bon placement pour chaque mot des plumes. Bravo la Licorne; Je dormirai sans crainte de rencontrer un loup, j'ai aussi ma télécommande, hé!hé! Bisou la Licorne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...bizak, tu es vraiment le plus fort...
      pour les compliments !
      Merci à toi et bonne soirée...devant la TV !

      Supprimer
  13. Très joli conte! J'avoue avoir eu peur que le Papa ne puisse regarder son match, avec son histoire d'epouvante��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais...parfois, c'est le match qui est ...effrayant ! :-))

      Supprimer
  14. Trop mignon, les papas sont prêts à tout pour voir leur match de foot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, gageons que le jour où les interviews sportives utiliseront autant de vocabulaire que les défis d'Asphodèle...les papas seront encore plus doués pour raconter ! ;-)

      Supprimer
  15. Joliment racontée, cette entourloupe... j'ai beaucoup souris. Comme dit dans les aautres comm', ça coule et ça entraine tout seul. Petit regret, qu'il faille un match de foot pour réveiller l'imagination du papa... mais bon, faut bien une motivation.

    ps : curieux qu'on ai chacun dégotté un loup de conte derrière les mots imposés :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Ton texte à toi coulait...de source, également.

      Et pour le loup, ce n'est pas si étonnant : les mots "alléchant" et "abreuver" ont dû ramener quelques réminiscences ! :-)

      Amicalement.

      Supprimer