mercredi 18 avril 2018

Rentabilisons la minute de silence



Défi proposé par Valentyne, en hommage à Pierre Desproges
(qui nous quitta il y a tout juste trente ans, le 18 avril 1988)
 
"Une minute pour Pierre Desproges"

Le titre a été choisi dans cette liste


 
 
Rentabilisons la minute de silence

Vous n'avez pas été sans remarquer, chers concitoyens, chères concitoyennes, que, depuis plusieurs années déjà, depuis que la camarde autrefois pâlotte et anémiée s'est refait une santé, depuis qu'elle aiguise à nouveau sa faux sur la pierre de la guerre-qui-ne-dit-pas-son-nom et sur celle du terrorisme à répétition, depuis plusieurs boucheries donc, la "minute de silence", pratique jadis rare et réservée à des jours d'exception, a tendance à se généraliser dangereusement...

A tel point que si l'on n'y prend garde, on pourrait en arriver assez rapidement à comptabiliser dans notre emploi du temps, non pas des minutes mais bien des quarts d'heure, des demi-heures voire des heures de silence, ce qui, avouons-le sans honte, ne réjouit que modérément le quidam ordinaire...bavard de nature et d'autant moins habitué à tenir sa langue, à fermer son clapet, à modérer sa faconde, qu'il est intimement persuadé, le quidam, que ce qu'il a à dire sur le contexte actuel est nettement plus digne d'intérêt que la parole de son voisin.

Il convient donc, vous me l'accorderez, de trouver sans tarder une parade à cette situation aussi embarrassante que répétitive, et je vous la propose ici tout de go : rentabilisons la minute de silence, occupons intelligemment ce moment perdu, employons notre imagination à remplir ce vide angoissant et imposé, ce néant abyssal et dépourvu d'utilité immédiate.

Comment me direz-vous ? Comment rentabiliser cet instant, à la fois solennel et public, pendant lequel, nous sommes placés, rappelons-le,  sous le regard inquisiteur de quelques dizaines ou centaines de com-patriotes ? Pas facile, je vous l'accorde, mais pas impossible, comme vous allez le constater bientôt.

Après y avoir consacré le plus clair de mes forces et de mes réflexions, je vous apporte aujourd'hui une solution judicieuse, gratuite et personnalisée...sous la forme d'un petit jeu mnémotechnique, qui, en plus d'être divertissant, se révèle de circonstance et comprend plusieurs avantages ...Le voici :
au moment crucial, à l'instant où les esprits se recueillent et où les mouches volent gaiement, vous essaierez, si vous le pouvez, et si vous avez l'âge et la mémoire adéquats, de vous repasser mentalement le scénario génial de l'une des fameuses "Minutes nécessaires de Cyclopède"...

Outre le fait que vous aurez le timing exact pour sortir du silence au bon moment, vous aurez aussi, n'en doutez pas, le sourire aux lèvres à la fin...ce qui vous donnera indéniablement une longueur d'avance sur les autres, qui, eux, seront encore plongés, au bout de ces soixante secondes, dans une tristesse et un ennui légèrement handicapants pour les rapports sociaux.

Par mimétisme, il se peut même que quelqu'un vous rende votre sourire.
Ainsi, pendant cette minute, vous n'aurez rien perdu : ni votre sourire (puisqu'on vous le rend),
ni votre temps.
Etonnant, non ?

La Licorne
.

 

6 commentaires:

  1. Idée géniale de se remémorer une minute de Mr cyclopède pendant une minute de silence ...le souci est le risque d'avoir plus que le sourire aux lèvres et d'éclater de rire avant la fin de la minute, non ?

    RépondreSupprimer
  2. Le style est tout simplement parfait.
    J'ai cru ré-entendre Cyclopède !
    Bravo
    •*`*•.¸¸✿

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Célestine...c'est ce que j'ai tenté de faire...imiter le style "Desprogien", mais en m'inspirant tout autant des "flagrants délires" (que j'écoutais plus régulièrement que la minute de Mr Cyclopède...)

      Supprimer
  3. Bon jour,
    Au public bien aimé cette minute rend ainsi hommage aussi souvent que possible au singulier de l'auteur et au particulier de M. Cyclopède. Merci à lui, à vous, à nous d'entreprendre cette minute ...
    Max-Louis

    RépondreSupprimer
  4. Et merci à toi d'être passé...:-)

    RépondreSupprimer