vendredi 26 novembre 2021

JEU 70 - 99 dragons: exercices de style -Joe Krapov


 

  99 dragons : exercices de style. 67, Disparition du n° 5


Casting :


Giorgio Dalida, working class Hiro-Hito ;

Papy Moujot, paysan quasi cajarcois ;

Rachid « Wild » al Rachid, roi sans pouvoir ;

Kominbalai, dragon


***




Qu’on s’introduisît dans la pampa ou dans la toundra sans visa, pass ni PCR, ça lui faisait ni chaud ni froid à Papy Moujot, paysan quais cajarcois. Ca lui causait aucun souci. L’immigration ? L’invasion ? Pas son truc à lui, l’administratif ! On a un roi pour ça, non, mis là on n’sait plus quand pour qu’aucun Attila malfaisant n’vînt assouvir son goût du pouvoir ou nous glapir son baringouin d’au d’la du Rhin.

Nonobstant ça, c’ qui lui plaisait pas du tout au paysan, ç’qui l’ chagrinait dru, c’mardi-là, c’tait qu’un dragon pas du coin s’attaquât à son gagn’pain !

Aussi n’ tarda-t-il pas à brandir sa faux, furibard, furax rapport aux moutons qu’on lui boulottait puis il partit vomir son vitriol au grand vizir :

- Alpaguons Rachid « Wild »al Rachid ! Il y a là du travail pour son armada ! Fantassins, spadassins, haschichins, cornichons à chichon, bachi-bouzouks, soldats du souk, avatars d’assassins, au turbin !

- Qui va-là ? lui opposa-t-on aux abords du palais. Puis il fut saisi, conduit au roi qui lui ordonna la fin du barouf car sinon ça s’rait Moujot droit au gnouf.

- Non mais dis donc, roi plus sourd qu’un pot, n’ouis-tu pas du ramdam dans nos champs ? Kominbalai, dragon pas commun, y fichant bazar, crois-tu qu’on va pouvoir subir l’individu sans qu’ici, à ta cour, nul n’ait souci du charivari commis ? Roi, vassal ou locdu, chacun doit au pot commun ! A ton tour, Rachid al Rachid ! Fais-nous voir ton pouvoir, ton savoir, ton tranchoir ! Fous nous donc au saloir l’animal malfaisant !

Las ! Un pays parfait où tout s’accomplirait suivant un plan divin, faut sortir tôt du lit pour foutr’ la main d’ssus !

Voilà pourquoi, quand Rachid « Wild » al Rachid brailla :« Soldats thalasso ! Pardon, j’ai fait la liaison mal-t-à propos : Soldats z’à l’assaut ! » la maison Poulaga, la maison Soldata, oyant « dragon » « combat » « Aux fusils !», « Taïaut !», « banzaï !», « sus à King-Kong !» « bataillons ! » « sang impur dans nos sillons !» aussitôt mit adjas, bouts, fila, calta, s’carapata ! Frank zappa sur « Taratata » !


***


Par hasard passa par là un Romain qui avait pour nom Giorgio Dalida. Un gros costaud tout droit tout flamboyant sur son grand pur-sang blanc. Il arborait la croix sur son scutum brillant. On voyait à ça qu’il avait la foi. Du coup, on s’ fia à lui. Il dit qu’il pouvait, lui, raccourcir l’animal.


Il fixa son prix : pyramidal, pontifical, dur pour l’anal !

Sans solution à l’horizon car Kominbalai poussait Mamy dans l’artichaut au point qu’il commandait qu’on lui livrât la chair d’humains fort mignons, pas trop croûtons, plutôt dodus, vingt ans pas plus, - Putain ! L’Gargantua, lui, ho ! - on marchanda mais ça coûta un max. On vous dira ça plus loin.

On combattit. 




Giorgio gagna. D’un coup sur son tarin il occit l’Tarascon. Kominbalai finit dans un hachis Rossini.

A la fin du combat on adopta la foi du Romain. A lui, Giorgio Dalida, ça n’rapporta pas lourd. Il n’obtint nul Oscar à Hollywood, fut omis dans l’Who’s who, n’apparut pas plus dans l’bottin mondain puis, surtout, fait paradoxal, il finit martyr, un 23 avril, l’occiput distrait du corps.


Passons sur l’humiliation. Oublions l’an 303, s’il vous plaît. Quoiqu’on ait fort appris du truc : jamais plus un rasta n’arriva pour nous brandir sa loi, nous mugir son bon vouloir ou nous bonnir son diktat : on s’arma pour ça d’un paladin sanguin : Mouammar Khadafi.

Qui a ri, par ici ? T'aurais pas dû ! Puni cagibi, Nicolas Sarkozy ! 


Joe Krapov



Consigne initiale  ICI
 
.
 
 
 

dimanche 21 novembre 2021

JEU 70 : "Effacement" - Laurence Delis


 

Consigne ICI

 


 



Elle s’efface



Elle s’efface. Face à la douleur elle s’efface.

Elle s’efface parmi les passants, elle s’efface sans bruit.

Anonyme dans la foule, meurtrie face aux insensibles

elle frôle l’absence, s’évade dans le silence.

Sans guérison, les stigmates invisibles l’absorbent,

la dérobent aux vivants.

On ne parle pas de disparition, mais de retranchement.

Faut-il y voir sa défense, un rempart aux attaques,

à la violence des mots hostiles qui heurtent son âme,

elle s’éloigne, s’habille de brume, se tait,

se tait jusqu’à s’effacer.

.


Laurence Delis

.
 
 
 
 
Sculpture de Bruno Catalano
 




mardi 2 novembre 2021

JEU 70 : "La disparition" - La Licorne

 

Consigne ICI



Pffff !

Un court instant auparavant, tu trônais là, 

lisant ton journal du matin. 

Instant sans fin, imaginions-nous.

Mais tout finit un jour. 

J'aurais voulu un flot d'amour...

j'aurais voulu ta main dans ma main...

J'aurais voulu...

Mais non. L'hôpital a dit non. 

Trop tard. 

Pour toi, pour nous...

Fichu AVC, fichu virus...

Longs sanglots.

.

La Licorne

 (Lipogramme en "e")

.

 

(Texte fictif, mais aussi hommage posthume 

à l'un de mes oncles... décédé en 2020 d'un AVC)

 

.

 


lundi 1 novembre 2021

JEU 70 : "La disparition"

 

 - Atelier d'écriture pour le mois de novembre -

 

Image inspiratrice : 

 


 

Titre de livre associé : 


"La disparition" 

de George Perec

.

 

Vous vous inspirerez bien sûr de l'image ci-dessus

pour créer un texte de votre cru...

 

Concernant le titre de livre , 

vous pouvez , au choix :


- Tout simplement, placer les mots de ce titre dans votre texte


- Ou faire en sorte que ce titre de livre soit aussi le titre de votre texte

(et donc le choisir comme fil conducteur de votre création)

 

- Ou , troisième et dernière possibilité, 

faire référence, tout au long du texte, à l'oeuvre citée

(en l'imitant, en la complétant, en la citant, en la détournant...etc)

.

 

Envoi à undeuxtrois4@orange.fr

avant le 21 novembre 2021

(la date du mail faisant foi ;-)

 
 
Les textes seront publiés par ordre...
 
d' apparition  ;-)
 
.
 
Bonne inspiration...et à bientôt !
 
Je suis impatiente de vous lire...
 
.
 
La Licorne
 
.

 




mercredi 20 octobre 2021

JEU 69 (et Agenda ironique) : "Attente infinie" - LL

 

Pour l'Agenda ironique d'octobre

chez Carnets paresseux

 (et pour le Jeu 69 de Filigrane)

 

 



 
Attente infinie
 
(ou "De la relativité du temps")

 

...ça faisait des heures

Que  Marc-Alain, indécis, 

attendait...

Ce qu'il attendait ?

Il n'en savait rien...

"J'attends de savoir

Ce qu'il faut attendre..."

Disait-il aux passants

Qui l'interrogeaient..

.

...ça faisait des mois

Que Pam, la secrète, attendait...

Ce qu'elle attendait ?

Elle n'en disait rien !

"J'attends de trouver

Celui qui m'attend..."

Pensait-elle souvent

Quand elle s'endormait

 

 

...ça faisait des années

Que les deux écrivains en herbe,  

attendaient...

Ce qu'ils attendaient ?

Ils n'en savaient rien...

"On attend de trouver 

Le temps d'y réfléchir..."

Disaient-il aux lecteurs

Qui s'impatientaient...


 

...ça faisait des lustres

Que Dieu, le Très-Haut, 

attendait...

Ce qu'il attendait ?

Il le concevait bien...

"J'attends que l'homme

Cesse de m'attendre !"

Disait-il à ceux

Qui le révéraient...

 

 

...ça faisait des millénaires

Que l'Univers, éternel, 

attendait...

Ce qu'il attendait ?

Il le savait bien...

"J'attends le début

De la fin du temps..."

Disait-il à ceux 

Qui le contemplaient

 

 

...ça faisait un quart d'heure

Que tu m'attendais, 

sur ce fichu quai...

Ce qui t'attendait ?

Tu le sentais bien...
 
Une nouvelle histoire...
 
Un nouveau départ...
 
Le premier jour sans fard
 
D'une autre vie qui démarre

 
 
 
... et ça faisait dix secondes
 
Que moi, dans tes bras,
 
Troublée, j'attendais...
 
Ce que j'attendais ?
 
Tu le savais bien.
 
Mais tu ne disais rien...!
 
 Délice ou supplice ?

Cache tes joues rouge écrevisse !

.

 

La Licorne

 

.

 

[Illustrations_de_Hortus_Sanitatis]___[...]Cuba_Johannes_btv1b2100001h_1

 

Consigne de Carnets paresseux, alias Dodo :


Il s'agissait  de raconter une histoire de premier jour... 

 en hommage à James Ussher, archevêque d’Armagh et Primat d’Irlande, qui, après de très savants calculs – avant qu’on se moque de lui, rappelons que Kepler et Newton ont tenté la même opération –  assigna au premier jour de la Création du monde la date du 22 octobre*.

Donc, une histoire de premier jour, de génèse, de commencement, bref, de début

avec en plus , si possible, une écrevisse  

et , obligatoirement,  -  deux vers empruntés à l’ami Norge ,  au choix entre ces quatre là :

« la porte était lourde / ça faisait des heures » ou « j’attends de savoir / ce qu’il faut attendre »

 

 

.

 

Consigne du Jeu 69 : 

 

Il fallait s'inspirer de la photo proposée et placer les mots du titre suivant : 

"La vie secrète des écrivains"

. 

 

lundi 18 octobre 2021

JEU 69 : "La vie secrète d'une écrit-vaine" - Célestine

 

 


 

    Le temps, cet assassin, le temps nous est compté. Il nous catapulte dans des dimensions cosmiques incompréhensibles. Il nous échappe. Il se tortille comme un multivers, une guimauve interstellaire et métaphysique glissant entre nos doigts comme du vif-argent. Comment expliquer autrement, monsieur le Juge, ce sentiment étrange que les heures ne font plus leurs soixante minutes règlementaires ? Que tout s'accélère au point que même les jeunes, oui monsieur le Président, même les jeunes disent : « Le temps passe trop vite ! » Cette sorte de phrase était jusqu'ici réservée au personnes « d'un âge », joli euphémisme pour ne pas dire « les vieux ». Les croûtons, les has-been, les anciens qui ronchonnent que tout fout le camp et que c'était mieux avant. Oui, même les jeunes déplorent la fuite du temps...


    Comment expliquer qu'il fut un temps (oui, un autre) où j'avais le temps (encore) d'écrire, et même parfois chaque jour, un billet foisonnant, un atelier d'écriture, un poème, un récit, une fantaisie, un mémoire, un reportage, alors que je consacrai le plus clair de mon temps (oui, toujours lui) à barrer un bateau énorme, et à faire entrer dans de petites têtes multicolores l'accord du participe et la règle de trois ? Et accessoirement à élever trois de ces charmants petits êtres, ce qui est, vous en conviendrez, une activité à plein...temps ?
Ah, monsieur le juge, il y a là-dedans un mystère aussi épais qu'une grammaire chinoise. Ou que la muraille du même nom.


    Et le pire, c'est qu'à chaque minute paisible, délicieuse ou haletante qu'il m'est donné de vivre aujourd'hui, j'ai le titre d'un billet qui apparaît en filigrane. Je me vois déjà vous partager, avec cet élan que vous aimez chez moi, ce concert, cette exposition, cet enthousiasme, cette indignation, cette promenade, ce paysage beau à couper la chique, ou simplement un moment philosophique passé à tisser le monde de nouveaux fils...
Et puis la journée passe, et le soir, j'ai en tête un feu d'artifice d'idées, d'images, de couleurs, qui explosent en tous sens, et pas un seul instant pour remplir ma page blanche. Parce qu'au moment précis où je pourrais caresser ce clavier tant aimé, il y a toujours un clair de lune, une ombre de chêne bleue sur le gazon, le frôlement furtif d'un hibou ou d'un chevreuil, un piano qui me tend les bras, des amis qui passent à l'improviste, un vin à goûter, un enfant à câliner ou une branche de saule à couper, qui viennent me rappeler qu'écrire, c'est bien, mais que vivre c'est mieux.

 
    Prenons Balzac. La Camarde l'ayant fauché à l'âge canonique de 51 ans, il a, au mieux, même en commençant très tôt, disons à seize ans, consacré trente-cinq ans de sa vie à noircir du papier. Si l'on compte que la Comédie Humaine, pour ne parler que d'elle, comporte quatre vingt dix romans de quelques centaines de pages, à une époque où l'on n'avait que l'encre, la plume et le papier...Si l'on rajoute les cent Contes drolatiques, et les vingt-cinq oeuvres inachevées, c'est colossal.
Pas de touche "delete", pas de copier-coller, pas de clavier. La conclusion est facile à tirer : Balzac ne faisait que ça du matin au soir. Et parfois du soir au matin. A raison d'un roman tous les trois mois. J'appellerais plutôt cela la Comédie Surhumaine. 


    Non, pour moi, c'est certain : le Temps devait durer beaucoup plus longtemps au XIX siècle. Ou alors Balzac, ce prétendu bon vivant, amateur de femmes et de bonne chère, n'est qu'un affreux mystificateur qui n'a en réalité pas vraiment vécu, consacrant parfois jusqu'à vingt heures par jour à ce despotisme de l'écriture névralgique qu'il s'infligea à lui même.
Quelque part, tiens, ça me console de n'être pas Balzac

 

Célestine 

 

 

Devoir 101 : Le centre du combat

 

 Pour le 101ème "Devoir du lundi"

 


Ce fut un chagrin désordonné...Un chagrin insondable et imprévisible...qui la submergea en quelques mois...D'un coup, le monde dans lequel elle vivait bascula dans l'insensé. Elle vit les gens autour d'elles s'enfoncer peu à peu. Happés par le flot tumultueux des événements, ils se débattirent un instant, avant de renoncer. 

Elle les vit, un à un, se noyer dans les méandres d'une histoire fictive. De loin en loin, on apercevait une tête qui surnageait...un individu esseulé qui résistait comme il le pouvait, agrippé aux branches d'une raison vacillante...Les "victimes" se comptaient par centaines, le fleuve du temps charriait leurs corps et les rejetait sur les rives de l'absurde. Spectacle insoutenable. Douleur infinie.  

Amitiés, amours...tout se délita. La foi en l'avenir vacilla.

Et puis, un jour, l'espoir changea de camp, le combat changea d'âme. La fatigue du non-sens avait fait son oeuvre. Les esprits usés aspiraient au renouveau.

Elle sortit de chez elle et regarda les arbres. Le petit jour brillait doucement. La pureté de la vérité recouvrait les trottoirs et illuminait la ville d'une lueur d'aurore. Elle oublia ses larmes, elle oublia la peur et la solitude. Dans le silence ouaté, elle ouvrit son manteau et marcha droit devant elle...Au fond du parc désert, une silhouette... Lui ? Ici ? Son coeur bondit.

Qu'importent les événements du monde. Tout était là, au final. Le centre du combat, point obscur où tressaille la mêlée, effroyable et vivante broussaille, c'était son coeur, son centre. Elle se souvint : c'est là que tout se perd, c'est là que tout se gagne. C'est là que tout se construit, ou se déconstruit. A l'intérieur.


La Licorne

 

 

samedi 16 octobre 2021

JEU 69 : "On se reconnaîtra" - Laurence Delis


 

 


 



On se reconnaîtra



aux mots interrompus des écrivains de demain

on vivra les saisons sans altération

et à l’ombre des arbres

tous les instants relèveront d’attention

Eloignés de la complexité de la raison

de toutes ces heures brisées par la morsure des jugements

et les querelles sans fin des dominants voraces

on se reconnaîtra dans l’amour simple

de ceux qui aiment cette vie sans heurt

où le temps ne s’érode pas de vains désirs de grandeur

cette lumière secrète de nos infinies heureuses

.

Laurence Delis

.







jeudi 14 octobre 2021

JEU 69 : "Rayez la mention inutile" - Joe Krapov

 

 

Images pour conte MAB 01 princesse

 

Il était une fois, il y a bien longtemps, juste après ce qu’on a appelé «la fin du monde», une princesse qui avait survécu - au cataclysme - au cataplasme - à la catastrophe. *

 Elle s’appelait - Punkette replète – Broque et pébroque – Paulette Rondelette *

 

Images pour conte MAB 02 montagne

 

Elle habitait un pays appelé - la Suisse – le petit suisse – le Sussex * qui était resté - neutre – neutron – feutrine * pendant les hostilités mais s’était quand même pris - une bombe A– un bombyx – une bombarde * sur le coin du - museau – Musso – Placid et Muzo *.

La Suisse est un pays plein de - montagnes – de montagnettes – de montures de lunettes *.

En ces temps - post-apocalytiques – post appeau-catalytique - pause tape-eucalyptus *, il continuait de pousser, le long de ses jolies routes - des arbres à plaques de chocolat - des arbres à came – des dames aux camélias *.

La princesse était peut-être désormais - la dernière habitante du monde – la dernière abonnée du journal « Le Monde » - la dernière habitude de revenir un peu ronde * - des cocktails d’ambassade – des coqueluches de temps maussade – des coquecigrues d’embrassades * sur le - museau – Musso – Placid et Muzo *.

 ***

 Un jour qu’elle s’en allait cueillir du chocolat, - Punkette replette – Broque et pébroque – Paulette rondelette * entendit - une voix douce – une voie d’eau – une voie royale – qui - l’interpellait – qui l’interpolait – qui l’enterre soupe au lait *.

 - Hep ! - Mademoiselle – Mademoisissure – Madame oiseuse *!

 Elle ne voyait - personne – persane – perspicace * mais la voix reprenait :

 - Hep ! - Jolie princesse – jauni pince-fesses – Johnny rince-nièce * !

 Cela venait de - dessous un buisson – de dessous le boisseau – de très soûles boit-sans-soif *.

 

 Images pour conte MAB 03 livre

 

Elle écarta - les feuilles – les deuils – les oeils * et découvrit un vieux - bouquin – bouquetin – bouc teint *. 

En agitant - ses pages – ses plages – ses aréopages *– il - s’énervait – s’énervurait – ses nervis raturait *.

 - Enfin, vous daignez - m’écouter brouillonne – me brailler les coudes – me brouiller l’écoute * !

 - Quelle mutation - bizarroïde – polaroïde – hémorrhoïde * est-ce donc là ? demanda-t-elle. Vous êtes un livre et vous – parlez – partez - pardonnez * ?

 - Je suis le livre du Grand Tout. - Je sais tout - je sèche tout - je sexe tout * sur la vie - secrète – secrétaire – Saint-Nectaire – nain sectaire * des écrivains.

 - Oh moi, vous savez, lui répondit - Punkette replète – Broque et pébroque – Paulette Rondelette *, - la littérature- la laitue ratée - la ruralité tue *, je lui ai toujours préféré une bonne série sur - Netflix – Netfisc – Netflic * !

 - C’est pourtant bien un - écrivain – écriteau – échevin * que vous devez aller trouver si vous voulez que la planète soit - repeuplée – roploplo – heureux peuplier *!

 - Il reste donc d’autres personnes que moi-même sur la - planète – panière – pas nette *?

 - Oui mais il faut vous - dépêcher – dépêtrer – Depléchin *. L’écrivain est – désespéré - désexpertisé - des esplanadé *. Il ne sait pas que vous existez et que la vie peut – recommencer – recommander - recommenter *.

 - Où est-il ? - Où perche-t-il ? - Où persil ? *

 

Images pour conte MAB 04 avion

 

- Il habite dans - une île - une presqu’île - un exil *. On ne peut y aller qu’- en avion -en aviron - en amidon *.

 - Ca tombe bien, en Suisse on a l’habitude de monter des cols durs et il m’en reste un paquet à la maison.

 - De quoi donc ?

 - De l’amidon - de l’ami doux - de l’âpre mildiou*. Vous avez le GPS – incorporé - un porc goret - encore paumé * dans votre - avion – aviron – amidon *?

 Le - bouquin – bouquetin - Louboutin * se mit à tripler de - volume – volute – vol UTA -volupté * et il ressemblait maintenant à un joli tapis volant ne manquant pas de - caractère – phylactère – Natacha hôtesse de l’air *.

 - Installez-vous - dans la rainure – dans la nervure – dans la rainette *.

 ***

 

Jeu 69 de La Licorne cornette

 

En fait d’île, c’était - l’Angleterre – l’angle obtus – le triangle des Bermudes * dans lequel le temps du voyage disparaît. Le livre la déposa sous l’horloge de - Big Ben – Big brother – Bygmalion * dont il ne restait plus que la moitié.

 - Il est où, - l’écrivain – l’écrivant – l’écrivaillon * qui va me - repeupler – repalper - repieuter * le monde pour assurer - le futur – le futé – le futile * ?

 

 Images pour conte MAB 05 crapaud

 

- Je suis là, dit un gros crapaud vert et - pustuleux – postulant – pestilentiel * qui se mit à grossir jusqu’à avoir taille - humaine – humide – humoresque *. Embrassez-moi sur le - museau – Musso – Placid et Muzo * et je me transformerai en prince - charmant – charmille -char d’assaut *.

 - Hé ho ! protesta - Punkette replète – Broque et pébroque – Paulette Rondelette *. Je ne mange pas de ce - pain-là – tapin-là – topinambour-là *!

 - Comment ? s’offusqua le livre du Grand Tout. Vous ne voulez pas redonner apparence humaine à - Guillaume – Guilledou – Gui l’an neuf * ?

 - Non ! Et elle tourna - l’étalon – le hongre – la jument *.

 ***

 - C’est la dernière fois que j’utilise une Suissesse comme personnage d’un de mes romans ! La vie n’est décidément pas un conte de - fées – méfaits – contrefaits *, se jura l’auteur du best-seller en inscrivant le mot « Fin » au bas de son - parchemin – porcherie - percheron *.

 
* Rayez la mention inutile !

 

Joe Krapov

Illustrations empruntées à Maïck conteuse

.

 

 

 

lundi 11 octobre 2021

Devoir 100 : La tristesse du chaperon

 

Pour le 100ème "Devoir du lundi"

 

 

Flamme rouge dans le brouillard

Eliane s'en va droit devant elle :

Masquer ses larmes sous la pluie

Marcher pour oublier...

Et tenir bon dans la tempête...


Au début d'un automne maudit

Un décret sans âme l'a terrassée...


Petit chaperon rouge

A été dévoré par le  grand méchant Loup

Ricanant de toutes ses dents

A l'idée de mettre à la rue

Pratiquement du jour au lendemain

Les gens qui soignent, les gens qui aident...

Uniquement parce qu'ils ont dit NON.

Il n'y a plus rien à faire maintenant

Eliane  se perd dans la forêt de ses pensées


Rien ne la retient plus dans ce monde insensé

Oh, la vie sera si belle

Une fois la folie passée...

Garder sa force, sa dignité

Et renaître...oui, renaître à la mort du Loup.


La Licorne

 

 

jeudi 7 octobre 2021

JEU 69 : "Buisson Adam" - Tiniak

 

 


 

Buisson Adam, lycéen


La vie secrèt' des écrivains

par kyrielles, dans tous ses plis

plis aux scènes des rachidiens

pliques sièges de maladies...


Sans prendre ombrage des cris vains

(gargarismes de malappris)

invective ou aboi de chiens

n'inquiètent en rien ses écrits


Du cri primal au souffle éteint

du caillou jusqu'à la fourmi

elle inspire cet écrivain

qui sommeille en nos appétits

 

Inquiet de la réaction de M. Radpoil, l'élève debout sur l'estrade plonge son regard dans les entrelacs de ses chaussures boueuses. C'est qu'à présent, il aimerait autant ne pas avoir à affronter le regard de ses camarades de classe. D'autant que le silence se fait pesant, tandis que M. Radpoil relit le texte de son cru dont il tient la copie en main et sous le feu trouble de ses demi-lunes.
"- Fort bien. Fort bien, déclare enfin le vieil enseignant avec un enthousiasme aussi modéré que sentencieux. Le sujet est respecté en tout point, sur le fond, du moins. Mais, pour ce qui relève de la forme, je vous avais expressément fait commande d'un acrostiche. Or, il ne m'apparaît pas que cela soit le cas. Pouvez-vous m'en donner une explication, élève Buisson ?"

Le lycéen, sans lever le nez, obtempère et dit en manière d'explication :
"- Ben, c'est bien un acrostiche, monsieur, ose affirmer l'élève Buisson, masquant sa bravade sous son air contrit. Il se lit à l'initiale de chaque strophe, monsieur."

L'enseignant, connu pour sa passion rigoriste à l'égard de la langue de Molière, baisse à nouveau les yeux sur la copie du jeune homme, puis s'étonne :
"- Vous dites ?... Attendez... La-Sans-Du ? Pardon, mais c'est particulièrement abscons, élève Buisson.
"- Pas le premier mot, monsieur, la première lettre; l'initiale, quoi, fait remarquer sur le même ton, l'effronté qui jubile intérieurement."
" - L-S-D... L-S-D... Non, je ne vois pas."

La plupart de la classe ne peut alors contenir un soudain gloussement moqueur.
Mais M. Radpoil de poursuivre, interloqué, comme entré en lui-même :
"- Non, je ne vois pas... Toujours pas... 'Comprends pas..."

Sauvé par le gong, l'élève Buisson quitte l'estrade. Tandis que le vieil enseignant rappelle à la ronde les consignes pour le prochain cours, le lycéen attrape ses affaires de classe et se joint à ses camarades, pour profiter avec eux d'un bon quart de récréation, dans la cour battue par les vents de l'automne.
Il se retrouve bientôt, flanqué de ses trois collègues favoris, sous l'horloge rivée à l'angle du bâtiment de l'intendance.
"- On est d'accord, les gars ? C'est ce soir qu'on lui fend la gueule à cette satanée horloge..."
Le groupe acquiesce d'un air entendu, avant de passer les grilles du lycée pour regagner leur quartier caennais, d'entre tous leur favori : la Demi-Lune.

 

Tiniak

 


 

 

 

vendredi 1 octobre 2021

JEU 69 : "La vie secrète des écrivains"

 

 

- Atelier d'écriture pour le mois d'octobre -

 

Image inspiratrice :


 
Titre de livre associé :
 
 
 de Guillaume Musso 
 
.
 
 
 

Vous vous inspirerez bien sûr de l'image

pour créer un texte de votre cru...

.

 


 

 

Concernant le titre de livre , 

vous pouvez , au choix :


- Tout simplement, placer les mots de ce titre dans votre texte

(dans l'ordre que vous voulez)

- Ou faire en sorte que ce titre de livre soit aussi le titre de votre texte

(et donc le choisir comme fil conducteur de votre création)

- Ou , troisième et dernière possibilité, 

faire référence, tout au long du texte, à l'oeuvre citée

(en l'imitant, en la complétant, en la citant, en la détournant...etc)

.

 

Envoi à undeuxtrois4@orange.fr

avant le 21 octobre 2021

(la date du mail faisant foi ;-)

.

 

Je vous souhaite une belle inspiration...

et un beau mois d'octobre...


 .

 

La Licorne

 

 



dimanche 19 septembre 2021

JEU 68 : "C'est Mozart qu'on assassine" - Joe Krapov

 

 

  

Sur le piano 
Dans la cuisine
C’est Dark Vador qui est aux fourneaux
Et qui fulmine
Mais c’est Mozart qu’on assassine !
 

Elles font toutes comme ça les vedettes
Abusant de la vinaigrette
Servant l’Moët et Chandon (Giovanni !) ‘vec une paille
Et très grand lèvement de saucière austère ! Aïe !
Mais c’est Mozart qu’on assassine !
 
 
Le sabre laser tue les dièses,
Le four est une vraie fournaise
Les casseroles sont pleines de bémol
Et la béchamel est toute molle !
Mais c’est Mozart qu’on assassine ! 
 

Devant ce gâchis de pognon
Qu’il nous mitonne aux p’tits oignons
La menace n’est pas fantôme
Qu’il ne nous serve qu’un bout de tomme !
Mais c’est Mozart qu’on assassine !
 
 
Il a enfermé sous burqa
La cuisinière Papagena
Et assaisonne de doubles croches
La poiscaille comme la bidoche
Mais c’est Mozart qu’on assassine !
 

Triste gougnafier du désert,
Rentre donc aux Etats-Unis !
Remballe ton maudit hamburger
Et tes airs de reine de la nuit !
C’est Mozart que t’assassinais !
 

Un peu plus et c’est Vivaldi
Que tu trucidais, lapidaire,
Arguant que tu es « notre père » !
Retourne-t-en dans ton domaine,
Cuistot à la petite semaine !
 

Vivement le retour du jeudi…
Et du tournedos Rossini !
.

Joe Krapov

.





mercredi 1 septembre 2021

JEU 68 : "C'est Mozart qu'on assassine"

 
- Atelier d'écriture pour le mois de septembre -
 

 
Il s'agit de créer un texte 
directement inspiré de cette image :

 

 

Titre associé :

"C'est Mozart qu'on assassine"

de Gilbert Cesbron

.

 

Concernant le titre de livre , 

vous pouvez , au choix :


- Tout simplement, placer les mots de ce titre dans votre texte

(dans l'ordre que vous voulez)

- Ou faire en sorte que ce titre de livre soit aussi le titre de votre texte

(et donc le choisir comme fil conducteur de votre création)

- Ou , troisième et dernière possibilité, 

faire référence, tout au long du texte, à l'oeuvre citée

(en l'imitant, en la complétant, en la citant, en la détournant...etc)

.

 

Envoi à undeuxtrois4@orange.fr

avant le 21 septembre 2021

.


Je vous souhaite une belle inspiration...

et un beau mois de septembre

 .

 

La Licorne



 

jeudi 26 août 2021

JEU 67 : Bonjour Tristesse...- La Licorne

 


 

Bonjour l'été ! 
Et le soleil...
Marcher dans le sable, 
Plonger dans les vagues...
 
Bonjour la mer...
Au goût de sel
Regarder le ciel
Fixer l'horizon...
 
 Bonjour la foule...
Et ses couleurs
Qui m'amuse un instant
Et puis d'un coup m'oppresse...
 
Bonjour la solitude...
Qui me couvre de son voile
Et du sentiment étrange
D'être étrangère...

Bonjour le spleen...
Comment rester léger
Quand tout  se délite
Quand la vie s'effrite ?

Bonjour tristesse,
Enveloppée d'insouciance
Rien n'est en"core net"
Mais l'avenir se dé-robe...
.
 
La Licorne
.


 

 

mercredi 11 août 2021

JEU 67 : Les étranges rêves de Marcel P. (8) - Bonjour Tristesse - Joe Krapov

 

Consigne du jeu ICI

 

Quant à l'épisode antérieur de ce grand "feuilleton krapovien", il est LA...

 

 

LES ÉTRANGES RÊVES DE MARCEL P. Chapitre 8, 

Bonjour tristesse

Parfois on éprouve le besoin de fuir, de s’échapper, de se perdre.

C’est ce qui était arrivé à Odilon et Céleste, le chauffeur et la bonne à tout faire de Marcel P. Sur cette situation inconnue dont l’ennui certain et la douceur supposée l’indisposaient franchement, celui-ci hésitait à apposer le nom, le beau nom grave de «Congés payés». C’était pourtant bien le cas et à la suite du «troc» négocié avec le couple d’employés, ils étaient partis, le laissant seul dans l’appartement du boulevard Haussmann. Seul ou à peu près.

Marcel, bon prince, leur avait prêté sa voiture et eux lui avaient confié la cage de leur canari, à charge pour lui de nourrir le volatile pendant une semaine.

Le premier matin, une fois le lit défait, l’asthmatique aux longues phrases n’avait pas voulu montrer à l’oiseau qu’il avait des bleus à l’âme mais Caliméro – quel nom idiot ! –, le doux oiseau de la jeunesse, avait bien perçu qu’un orage immobile menaçait, qu’un certain sourire crispé déformait quelquefois le visage de l’écrivain et c’était là le signe qu’un chagrin de passage envahissait l’appartement. Les domestiques manquaient au maître qui ne comprenait pas cet abandon imprévu de leurs rituels communs et ce uniquement pour s’en aller chercher sans lui à St-Tropez un peu de soleil dans l’eau froide. Et ce piaf à nourrir c’était en quelque sorte l’écharde de trop dans le contrat. Avec un canari il fait beau jour et nuit, dit-on. Celui-ci ne chantait pas, celui-ci ne sifflait pas : Caliméro tirait la tronche lui aussi.

La cohabitation des deux protégés de Céleste ne dura du reste que deux jours. Au matin du troisième Marcel était sur le trottoir en bas de chez lui avec une petite valise et la cage de Caliméro dans laquelle – bonheur, impair et passe – on avait l’impression que «faites vos jeux !» rien n’allait plus. Avec quoi le canari avait-il joué à la roulette russe, à quel barbiturique devait-il son coma bizarre ? La bête était allongée au fond de la cage, l’œil étrangement ouvert fixant à travers les barreaux les merveilleux nuages de l’été 1954 mais la garde du cœur vivant de l’oiseau par Marcel semblait bien avoir tourné court : plus question pour l’organe vital de battre la chamade eût-on dit.

***

Bien sûr, depuis l’histoire de l’Aronde 54 et les entreprises érotico-farcesques d’Odette Dejeux, Marcel se méfiait des femmes au volant mais là il y avait urgence : il fallait rendre Caliméro à Céleste A. dont le rire incassable venait à bout de tout problème. Qui plus est, en matière de science vétérinaire, elle était la sentinelle de Paris, capable de soigner toute fièvre, de ranimer le cheval évanoui avant qu’il ne fît le régal des chacals. Elle seule eût pu, à l’instar du père d’Odette D., extirper une molaire au lion de Belfort s’il eût seulement souffert d’une rage de dents au lieu de faire le fier dehors.

Comme Odilon n’était plus là pour le véhiculer, il avait eu recours aux ami·e·s automobilistes et son chauffeur du jour qui se garait justement là devant lui n’était autre que la princesse Valentine de Sagan, l’épouse du prince «caracollant». Les Sagan étaient de toutes les premières, de tous les bals, de toutes les fêtes, du tout Paris aimant, du tout Paris dément et le couple l’avait pris en amitié. Marcel avait droit aux petites tapes derrière l’épaule de la part de Maurice qui le surnommait par moquerie «Le gigolo» tandis que Valentine lui confiait, quand ils se voyaient seul à seule, le récit des chassé-croisé de ses relations saphiques ainsi que d’autres secrets d’alcôve et d’alcools contre lesquels elle n’avait absolument rien. Elle et lui, finalement, étaient devenues «de très bonnes copines» de cheval car elle faisait aussi de l’équitation.

Voilà pourquoi il monta bien plus rassuré que la dernière fois dans ce petit bolide, une Jaguar de type E, que la Sagan conduisait toujours les pieds nus. Moyennant quoi, une fois quittée la capitale, il serra les fesses tout le temps que dura le voyage. La jeune femme un peu garçonne avait un profil perdu de pilote automobile italien et, telle Fangio, ne conduisait jamais en dessous de 160 kilomètres à l’heure. Sur cette belle nationale 7 « que l’on soit quatre cinq six ou sept, qu’on aille à Saint-Trop’ ou à Sète » que Charles Trénet chanterait et enregistrerait un an plus tard, il avait souvent vécu l’enfer pour ne pas mettre pied à terre et se faire traiter de « poulette mouillette ».

 


 **

Nous n’utiliserons pas les faux-fuyants habituels. La nuit que Marcel et Valentine passèrent dans la maison de Raquel Véga fut une de ces nuits d’ivresse et de folie qui font la renommée de la Riviera française. Il est des parfums qui ne trompent pas et celui de l’opium dans ce bal costumé, la vue des poudres blanches et des verres coolorés – ce n’est pas un néologisme, c’est une faute de frappe bienvenue - emplis de cocktails étranges, l’alcoolisme et le désir d’éclate de tous ces fêtard·e·s déguisé·e·s laissaient à penser de façon sûre qu’on pratiquait ici les toxiques au premier degré.

 

Jeu 67 de La Licorne Proust en cornette

 

Dans la bousculade des plateaux à petits fours et des coupes de champagne entrechoquées Marcel P., déguisé en bonne sœur à cornette et trimballant toujours la cage de l’oiseau moribond pour lequel il se faisait un sang d’aquarelle, avait eu droit aux confidences d’une licorne rose.

- Car que cherchons-nous ici, sinon à plaire ? disait-elle. Je ne sais pas encore si ce goût de conquête cache une surabondance de vitalité, un goût d’emprise ou le besoin furtif, inavoué, d’être rassuré sur soi-même, soutenu. Pourquoi il ne bouge plus votre petit oiseau ?

- Je crois qu’il dort. Le voyage en Jaguar a dû le fatiguer. Vous a-t-on déjà dit que vous avez des yeux de soie ?

- Oui ! On me le dit souvent et j’adore passer des nuits de satin blanc. Seriez-vous l’heureux propriétaire d’un château en Suède, ma soeur ? J’ai toujours rêvé de visiter la Suède avec des chaussures bleues et la bénédiction de la religion.

Plus loin la robe mauve de Valentine avait fait beaucoup d’effet à une jeune Lucrèce Borgia déjà bien pulpeuse. La femme fardée, vêtue d’un costume de diable rouge bien qu’elle ne fût pas belge, lui avait confié qu’elle était actrice de cinéma et qu’elle tournait actuellement avec Jean Marais dans un film de Marc Allégret dont le titre serait « Futures vedettes ».

Au fur et à mesure qu’avançait la nuit des couples improbables se faisaient et se défaisaient, s’éclipsaient parfois dans des chambres derrière un écriteau « Ne pas déranger » et d’où s’échappaient souvent quelques cris étouffés, on sait se tenir, quand même, même quand on se lâche.

On put croiser ainsi une carpe et un lapin, une Castafiore et un marin doté d’un anneau à l’oreille, un clone de Landru avec une Piaf minuscule dont la petite robe noire toute simple avait su allumer le cœur et chauffer les sens du bonhomme car ils partirent tout de suite après terminer la nuit dans le foyer du monsieur.

Valentine avait disparu elle aussi avec sa Lucrèce-Brigitte. Etaient-elles allées prendre sur le coup de minuit un bain de lait d’ânesse ou jouaient-elles quelque part dans la grande villa au jeu de la bête à deux bardots ? C’est toujours ce qui se passe chez Bellini quand la Norma drague, non ? De guerre lasse Marcel, un poil éméché et plutôt barbouillé de mélanges divers et de tristitude d’été, finit sa nuit dans la Jaguar en racontant à Caliméro des fadaises de ce genre-ci :

- La netteté de mes souvenirs à partir de ce moment où je trempe ma madeleine dans le thé m'étonne. J'ai acquis une conscience plus attentive des autres, de moi-même. La spontanéité, un égoïsme facile ont toujours été pour moi un luxe naturel. J'ai toujours très bien vécu comme cela. Or, voici que depuis trois jours ta présence m'a assez troublé pour que je sois amené à réfléchir, à me regarder vivre. Je passe par toutes les affres de l'introspection sans, pour cela, me réconcilier avec moi-même. Ce sentiment de la mort du travail est bête et pauvre, comme ce désir de séparer les maîtres et les domestiques est féroce. C’est vraiment une connerie, ces «congés payés» ! Pourquoi pas bosser trente-cinq heures par semaine et avoir la retraite à soixante ans pendant qu’on y est ? Bonjour, tristesse des temps nouveaux ! Enfin, s’il faut être absolument moderne, comme a dit je ne sais plus qui, n’attendons pas ! Dans un mois, dans un an, il sera trop tard. De toute façon, c’est là et bien là ! Las et bien las !».

Après quoi il s’endormit.

***

Jeu 67 de la Licorne Saint-Tropez

Le lendemain matin, tout courbatu, sans se soucier de retrouver Valentine et Brigitte qui avaient dû filer sur une plage abandonnée ramasser coquillages, crustacés et bribes du parfait amour, il prit son petit-déjeuner dans un bistrot du port où l’on ne s’étonna pas plus que ça, avec tous ces fadas de Parigots qui débarquaient l’été, de servir des croissants et du thé à une bonne sœur à moustache, dotée d’une cage à serin, et qui réclamait des madeleines. Serein, on le restait toujours dans ce troquet même si, certains jours, l’envie ne manquait pas au patron d’inscrire du meurtre à la carte des plats servis !

Comme il ne possédait pas l’adresse ici d’Odilon et Céleste il passa à l’Office des maisons louées où il fit chou blanc. Il traîna dans les rues du village de pêcheurs, flâna dans les boutiques de mode, revint poser au marbre de la table en terrasse du bistrot des cartes postales qu’il entreprit de remplir en sirotant un nouveau thé.

Exécuter ce cérémonial avait pour objectif de retrouver les petites musiques des scènes qu’il avait vécues depuis qu’il avait quitté Paris. Les violons parfois s’envolaient dans les aigus pour souligner le passage au-dessus de la Loire et Valentine qui avait klaxonné tout le long du pont de Nevers pour marquer sa joie d’être libre, jeune et heureuse. Un piano dans l’herbe évoquait de façon joyeuse le restaurant «Les Routiers» où ils avaient déjeuné, tels des nobles s’encanaillant, en compagnie de camionneurs baraqués ; du pauvre, forcément, le piano, avec des bretelles et des boutons pour soutenir le pantalon en accordéon. Un quatuor de clarinettes rappelait le jeu des quatre coins du cœur – et du cul ! – dans la maison de Raquel. Une flûte élégante et solitaire illustrait un certain regard tendre de la Licorne aux yeux de soie. Et puis, bien sûr, le silence au bas de la carte – un soupir, ça allait de soi ! – pour y écrire, avant de signer « Avec mon meilleur souvenir et toute ma sympathie ».

***

Jeu 67 de La Licorne plage

  

Et puis le miracle des retrouvailles eut lieu. Sur le coup d’onze heures il se rendit à la plage où il y avait un monde fou. Il ôta ses souliers et ses chaussettes pour marcher pieds nus sur le sable au milieu des enfants, des ventres rebondis, des parasols, des coups de soleil, des ballons, des jeux de jokari et sa silhouette de bonne sœur à cornette devait, de loin, apparaitre aussi reconnaissable, incongrue et remarquable que celle de mon oncle Hulot, le fumeur de pipe à chapeau, sur la plage de Saint-Marc-sur-Mer.

Céleste et Odilon qui se chahutaient comme des mômes autour d’un matelas pneumatique Fina furent évidemment bien surpris de s’entendre héler par cette religieuse austère qui jurait dans le paysage en agitant une cage à oiseaux au-dessus de sa cornette. Intrigués ils sortirent de l’eau et s’approchèrent de la jaune laide nonne qui criait «Help !».

- Monsieur Marcel ? Qu’est-ce que vous faites ici ? Vous avez viré travelo ?

- C’est à cause de l’oiseau. Il s’est réfugié dans le fond de la cage et il ne bouge plus.

- Et vous avez fait le voyage de Paris uniquement à cause de ça ? demanda Odilon. Peut-être bien qu’il est tout simplement crevé !

- Il n’y a pas de raison. Le voyage a été calme. La princesse de Sagan n’a pas conduit trop vite. Elle n’a jamais dépassé le 160 kilomètres à l’heure.

- 160 ? Il a dû faire une crise cardiaque dans un virage, voilà tout !

- Faites voir la cage, ordonna Céleste.

Elle ouvrit la porte de la petite prison, saisit le corps de Caliméro mais celui-ci se mit à battre des ailes, à voleter vers la sortie, empli de la joie d’entendre à nouveau la voix de sa maîtresse. Il trouva même le moyen de calter à l’air libre et d’aller se percher sur l’une de ses épaules afin de lancer des trilles énamourés aux oreilles recouvertes d’un bonnet de bain en caoutchouc blanc de Céleste.

Marcel restait abasourdi par ce passage de la catalepsie à un excès contraire mais finalement il était tout heureux de ce rendez-vous manqué de l’animal avec la mort.

***

Sur la route du retour, enfin débarrassé de son déguisement de nonnette en cornette et de l’oiseau capricieux qu’il avait laissé à ses maîtres après le repas au restaurant, il confia à Valentine disparue puis retrouvée ses sentiments intimes.

- Finalement, les oiseaux ne sont pas des cons. Celui-là a réussi à me manipuler et il s’est retrouvé là où il voulait aller, auprès de sa maîtresse, en vacances, à danser le twist à Saint-Tropez.

- Peut-être ! Peut-être, Marcel ! répondit la princesse de Sagan tellement plongée encore dans les brumes de l’alcool, l’ivresse des drogues et le souvenir de l’amour d’une seule nuit que par prudence elle ne roulait plus qu’à 140. Mais peut-être que les oiseaux sont des cons quand même : tu viens sans doute de faire la connaissance d’un canari homophobe !

Cela laissa Marcel muet jusqu’à ce moment du putain de camion où la conductrice dut faire une embardée afin de l’éviter et où la voiture finit sa course folle contre un platane (What else, in France ?).

Là il cria et se redressa en sursaut sur son lit. Il alluma sa lampe de chevet et lut «4 h 47» à sa montre.

A moitié soulagé, il remit le drap sur sa cage, s’agrippa des deux pattes au barreau et se rendormit tout heureux d’avoir survécu aussi au pire dans cet univers-là. Pour un peu il aurait siffloté la berceuse de Brahms dont il ne savait pas s’il l’aimait ou pas. Mais son organisme préféra ronfler comme un moteur de Ferrari.

 

Joe Krapov