dimanche 23 octobre 2016

Pause



Chers ami(e)s, 

Ce mois-ci fut bien calme sur Filigrane...

Je tiens à remercier quand même 
de tout  coeur Jacou, 
qui est restée fidèle au poste
et nous a composé deux textes... 

Quant aux autres "écriveurs" et "écriveuses"...
Peut-être étiez-vous occupés, 
peut-être n'étiez-vous pas inspirés par mon thème, 
ou peut-être étiez-vous trop polis
pour user de grossièretés, 
même "drôles"...
Ou rien de tout cela, 
juste un concours de circonstances...
ça arrive aussi.

Mais, bon, peut-être est-ce bien ainsi
car, il se trouve qu'aujourd'hui,
je me vois dans l'obligation
de faire une pause.
Cela n'a rien à voir, je vous l'assure, 
avec votre récent manque de participation...

Non, c'est tout à fait autre chose :
c'est juste que la vie quotidienne 
réclame, pour l'instant, 
toute mon énergie.

Des problèmes de santé dans la famille
ainsi que des obligations professionnelles
très prenantes
me prennent tout mon temps
et ne me laissent guère de répit.

Je vais donc souffler un peu...
Combien de temps ?
Aucune idée...
on verra.

Je vous fais mes bises les plus amicales...
et vous dis à plus tard...

Portez-vous bien !
.
La Licorne
.

P-S :  Je fais également une pause sur "Fil d'Ariane",
mais vous pouvez me retrouver ICI
(blog beaucoup moins...bavard ;-)
.





samedi 22 octobre 2016

Jurons québécois




Damned Canuck de damned Canuck de pea soup
sainte bénite de sainte bénite de batèche
sainte bénite de vie maganée de batèche
belle grégousse de vieille réguine de batèche 

Suis-je ici
ou ailleurs ou autrefois dans mon village
je marche sur des étendues de pays voilés
m'écrit Olivier Marchand
alors que moi d'une brunante à l'autre
je farouche de bord en bord
je barouette et fardoche et barouche
je vais plus loin que loin que mon haleine
soudain j'apparais dans une rue au nom d'apôtre
je ne veux pas me laisser enfermer
dans les gagnages du poème, piégé fou raide

mais que le poème soit le chemin des hommes
.

Gaston Miron
.


vendredi 21 octobre 2016

JEU 22 : Traditions


Inspiré d'une conversation avec mon petit-fils :

i
image proposée par Jacou

Traditions

Sitôt son repas refroidi, le roi Raoul, rapidement,  rota, 
et  illico presto, en public, sur la place du Parlement, péta.
.
.



jeudi 20 octobre 2016

JEU 22 : Sur la Canebière (variation en N, B, R)



Par une nuit d'octobre
Eh, sur la Canebière
Nul n'était resté sobre
Ni Bernard, ni Norbert...

Les deux amis braillards
Brandissant la bannière
De leur équipe barbare
Criaient haut leur colère

Et dans la sombre rue 
Des mots enrubannés
Nés de leur barbe drue
Bondirent en rangs serrés

Bordée de borborygmes
Marée carabinée
Brassée de barbarismes
Bigrement bigarrés

Une belle brouettée
De bris d'ébriété
Qu'en toute honnêteté
Je ne peux répéter...

Nombre de bons bourgeois
Seraient embarrassés !!!
Comment cette nuit d'émoi
Enfin, s'est terminée?

Nos deux zèbres sous un arbre
Cuvèrent leurs dix bières
Et le bruit d'leurs palabres
Berça la Canebière.
.
La Licorne
.

(avec un clin d'oeil
à l'agenda ironique)




vendredi 14 octobre 2016

Juronnade (hors-jeu)




Purée d'étoiles
Bouquet de poêles
Vieille noce à moëlle
Sapin d'épice !

Râteau à voiles
Marteau à poil
Cabot royal
Sans appendice !

Pâté d'cheval
Crotte nasale
Graine de quintal
Copain d'hospice !

Fond de bocal
Bière tombale
Cactus anal
Et tournevice !

Chien d'animal
Bougre infernal
Coquin qui râle
Pantin d'office !

Chauffard central
Cuistre bancal
Baudruche morale
Creux d'artifice !
.
La Licorne
.


vendredi 7 octobre 2016

JEU 22 : Désordre, désirs et soupirs




Désordres, désirs et soupirs

Digne, la duègne darda sans sourire ses yeux sur ce sieur, se disant prétendument de Diane, le promis.
" Ce dandy guindé semble assez sot. M'amuser à son insu  sera diantrement distrayant." se souhaita la surannée et distinguée duègne.
  • Monsieur souhaite   sans tarder  s'entretenir au salon avec sa promise. Sachez que je me dois d'en dire deux mots au duc, sa seigneurie, dont  duchesse Diane, descendante est. Le duc dîne et se délasse, faisant  somme instamment. Vous devrez donc durablement attendre, la fin de la  digestive et ducale sieste, céans sur ce siège.
Susurrant,  souriante et savourant ses mots, sur ce, tourne le dos à Didier, désemparé,  traits dramatiquement déformés du visage.
" Diplodocus déplumé, salive de sorcière ensachée, à faire débander un doryphore doré débauché,  au diable idiote de gros dindon."
  • Didier, doux adoré, que sont ces deux yeux, devenus diamants durs. A les regarder, de défaillir, dois-je redouter?"
  • Diane, divine, déridez-vous. Perdu dans un dédale, disons-le, d'idées absurdes, je divaguais. Vous souriez si  soudain, délicat délice pour mon coeur, sitôt sauvagement assailli de saugrenues et insoutenables estampes.
  • Son sujet en serais-je?
  • Votre duègne décida,  de vous, me faire languir.
  • Ma duègne, dites-vous. Ah,  la sotte sournoise, se sachant seule, assumant services, servantes et serviteurs jusqu'à ce soir, suppléant à mon père, de retour tardif dans la soirée.
  • Scélérate, s'est jouée de moi!
  • Comment donc, Didier, daignez de me renseigner sur son inconduite, supputant sa basse imposture ?
  • Elle me fit accroire une sieste salvatrice post dînatoire, du duc, votre père.
  • A peine ai-je le dos détourné, qu'à la débauche, Diane,  vous vous empressez!
  • Duègne, dois-je vous dire, que vous voilà surprise,  stupidement, sans conteste, à outrepasser  soi-disant ordres.
  • Fi, donc demoiselle, décence et dignité, de vous,  dois  prendre garde. Ci-devant damoiseau,  d'un empressement suspect surgissant ainsi, à mon insu. Surseor à mon devoir, dussé-je, duchesse, sans être coupable, danger déjà dans la place, vous faire courir?
  • Diantre duègne, de quel danger, discourrez-vous là? Je ne vois que sensible sieur Didier, désirant assidûment courtiser sa promise.
  • Monsieur le duc, déjà de retour!
  •  De ma fille et de Didier,   à s'embrasser empressés,  sachez service assuré par  mes soins, sous  surveillance d'un débonnaire oeil, le mien. Simagrées sermonnés  en la chose sont singeries  nuisibles détestables, dévotions détournant la candeur de nos deux bienheureux tourtereaux. Discours déplacé, duègne, délaissez votre fardeau de dévote, duègne. Disposez, disparaissez dans d'autre endroit de cette demeure, en vos appartements.
Tournant jupons et noirceur d'âme, dissimulée en  savantes, sèches salutation et révérence, une duègne décontenancée, douloureusement se retira, restant toutefois sur sa défensive, ruminant de sanglantes représailles.
Didier, Diane savouraient sans souci ces secondes sacrées, silences et soupirs scandés,   abandons désirés, délices devinés en tendres découvertes.
Le duc soupait, se délectant d'une daube, songeant, souriant, aux deux  tourtereaux, soupirant sous son toit ducal, tandis qu'une duègne déchue, dans des draps désespérément désertés, se morfondait.



jeudi 6 octobre 2016

Agenda ironique : L'heure frémissante


Malgré le thème que je vous ai proposé ce mois-ci,
je vous "jure" que je peux aussi
être d'humeur légère et poétique... :-)

Voici ma participation
à l'Agenda ironique de ce mois...
sur le thème des "Nuits d'octobre"


photo personnelle


L'heure frémissante

Par certains soirs d’automne
Plane dans le vent doux
Quelque chose d'impalpable
Venu du fond des êtres...

Car tout palpite dans
La pâleur d'une lune
Ronde comme
Un soleil
Oublié

Pierres, plantes et choses
Murs, toits et cheminées
Retrouvent une densité
Insoupçonnée.

Ces immobiles compagnons
Ecrasés sous un jour brutal
Dans cette douceur sombre
Soudain,
Se prennent à respirer...

C'est pourquoi j'aime tant
Ce moment de magie,
Voilé, aux accents tièdes
Où le silence se fait
Bruissement
Et la nuit...
Symphonie.

.
La Licorne
.



mercredi 5 octobre 2016

JEU 22 : Qui s'y colle ?




Bigrouille de bigrouille !
Pas le moindre gribouillis
Ni le plus petit crachouillis de gargouille !
Pas la moindre grivoiserie...
Nom d'un bigorneau et corne d'andouille !
Où sont tous les brigands et les gredins partis ?
Octobre est bigrement glabre,
Bougre d'arbre !
Qui nous grattera le premier
Et sans barguigner...
Un texte gratiné ? ;-)
.
La Licorne
.


samedi 1 octobre 2016

JEU 22 : Allitérations grossières...





Il y a  tout juste un an, 
vous vous êtes exercés, 
pour mon plus grand plaisir...
au jeu des allitérations...

Je vous propose aujourd'hui de reprendre 
le même jeu, mais avec de nouveaux sons...

Il faudra, cette fois, choisir
deux ou trois
des sons suivants
B, D, G, N, R, S, T

et les utiliser le plus souvent possible dans votre texte.


Attention, c'est le son qui compte 
et non la lettre de l'alphabet :

Exemple pour G :

"Gaspard, grand guitariste
est gaga de reggae..." 
est correct

Mais 
"Georges gravit agilement 
les montagnes..."
ne l'est pas...

OK ?
.



La deuxième contrainte sera 
de placer dans votre texte 
plusieurs JURONS, 
de préférence inventés...
et amusants !
.

Que le capitaine Haddock 
soit votre Muse ! :-)
 .

Envoi à undeuxtrois4@orange.fr
avant le 21 octobre 2016
.

J'attends vos premiers textes et ...
mille milliards de Tonnerre de Brest,
soyez imaginatifs...!!!
.