samedi 2 avril 2016

JEU 16 : Texte collectif B :"Plouf !"


Règle du jeu 16 : ICI
.



La lune miroitait sur le lac.
- Zut ! se dit Albert,
elle aurait mieux fait de se voiler, celle-là !
Les pélicans cancaneurs n'en avaient cure.
Albert vérifia une ultime fois tout son matériel
en suçant sa dernière pastille vichy.
Un plouf se fit entendre,
faisant s'envoler les grands oiseaux.
Son chien venait de se jeter à l'eau.

Il n'avait pourtant rien d'un labrador,
cet affreux corniaud de basse extraction.
Il ne payait vraiment pas de mine,
mais ses qualités de rapporteur
n'étaient plus à prouver.
Albert était sûr de l'endroit,
mais pas vraiment de son chien...
C'était la première fois qu'il l'emmenait avec lui
sur un tournage animalier...et il le regrettait déjà !

Plongé dans ses sombres pensées,
il ne fit pas attention à la barque se dirigeant vers lui.
Le réalisateur fonçait sur lui caméra au poing,
avec un air furieux...
Il était poursuivi par un alligator affamé
qui devait jouer les seconds rôles !
D'un coup, tout se précipita :
les barques se heurtèrent ...le chien aboya...
le réalisateur, surpris, se retourna
et sa caméra tomba droit
dans la gueule ouverte
du monstre aux dents longues...

- Mille sabords... tonnerre de Brest !
c'est quoi ce grabuge ? cria Albert,
en crachant un petit bout restant
de sa dernière pastille Vichy.
Il tourna les yeux vers l'alligator :
celui-ci, aux prises avec quinze kilos de métal,
était en train de s'étouffer.

- Hi, hi, hi ricanait le chien,
t'es dans de beaux draps, maintenant.
- Nom d'un pélican ! Ma caméra !
Vous êtes viré, bougre d'andouille !
s'époumonait le réalisateur.
Dépassé par la situation,
il finit néanmoins par se calmer
et s'assit sans mot dire.

Albert sortit la caméra de réserve,
contempla le soleil qui venait de se lever,
les oiseaux blancs qui se posaient au loin,
son chien qui s'ébrouait sur la rive...
et il se dit que, viré ou pas,
un jour, il reviendrait.
.
FIN
.


Auteur(e)s  :
Adrienne, Bizak, Célestine
EeguabJacou, La Licorne



44 commentaires:

  1. B1
    - Zut! se dit Albert, elle aurait mieux fait de se voiler, celle-là!

    RépondreSupprimer
  2. B2/ Les pélicans cancaneurs n'en avaient cure.

    Je pense que les phrases gagneraient à être resserrées. Ca donnerait plus de rythme car dans ce jeu ce qui compte c'est l'assemblage, me semble-t-il. En tout cas ça marche bien. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  3. B3
    Albert vérifia une ultime fois tout son matériel en suçant sa dernière pastille vichy.

    RépondreSupprimer
  4. B4 Un plouf se fit entendre, faisant s'envoler les grands oiseaux.

    RépondreSupprimer
  5. Très bon départ...
    Que fait Albert sur le lac ?
    j'ai ma petite idée...:-)
    mais je vous laisse continuer...

    RépondreSupprimer
  6. Mais si personne ne s'y colle...je vais ajouter :

    B5 - Son chien venait de se jeter à l'eau.

    RépondreSupprimer
  7. B6-Il n'avait pourtant rien d'un labrador, cet affreux corniaud de basse extraction.

    RépondreSupprimer
  8. B7 - Il ne payait vraiment pas de mine,
    mais ses qualités de rapporteur n'étaient plus à prouver.

    RépondreSupprimer
  9. B8 - Albert était sûr de l'endroit, mais pas vraiment de son chien...

    RépondreSupprimer
  10. B9- C'était la première fois qu'il l'emmenait avec lui sur un tournage animalier...et il le regrettait déjà !

    RépondreSupprimer
  11. B10- Plongé dans ses sombres pensées, il ne fit pas attention à la barque se dirigeant vers lui.

    RépondreSupprimer
  12. B-11 Le réalisateur fonçait sur lui caméra au poing, avec un air furieux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-)

      https://www.youtube.com/watch?v=Rdn0bYVw8FI

      Supprimer
  13. Il était poursuivi par un alligator affamé qui devait jouer les seconds rôles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai omis d'inscrire le Numéro de la phrase
      A-12 Il était poursuivi par un alligator affamé qui devait jouer les seconds rôles!

      Supprimer
    2. ...ah, je dois avouer que le coup de l'alligator...je ne m'y attendais pas !
      Et Bizak, faut suivre...on en est au texte B ! :-)

      Supprimer
    3. Pardon : B-12 Il était poursuivi par un alligator affamé qui devait jouer les seconds rôles!

      Supprimer
  14. B13 - D'un coup, tout se précipita : les barques se heurtèrent ...
    le chien aboya...le réalisateur surpris se retourna et sa caméra tomba droit
    dans la gueule ouverte du monstre aux dents longues...

    RépondreSupprimer
  15. B-14 Mille sabords tonnerre de Brest ! c'est quoi ce grabuge, cria Albert, en crachant un petit bout restant de sa dernière pastille Vichy.

    RépondreSupprimer
  16. B15 - Il tourna les yeux vers l'alligator :
    celui-ci, aux prises avec quinze kilos de métal
    était en train de s'étouffer.

    RépondreSupprimer
  17. B16- Hi, hi, hi ricanait le chien, t'es dans de beaux draps, maintenant.

    RépondreSupprimer
  18. B17 - Oh, toi le cabot, tu ne perds rien pour attendre
    et tu ferais mieux de rapporter cette caméra au réalisateur
    avant qu'il ne te transforme en chair à pâté !

    RépondreSupprimer
  19. Ok! patron, mais tu me promets de me retaper ma niche à la maison et me laisser m'accointer avec ma belle voisine Luna.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excuse-moi La licorne: c'est la phrase B-18. Précision: Luna est le nom d'un caniche

      Supprimer
  20. Bizak, désolée, je ne peux pas prendre ta phrase...car le chien parlait à l'alligator (en langue animale, je suppose ! ;-), et ensuite c'est l'alligator qui lui répond...et pas son maître Albert !
    Il y a peu d'alligators, à ma connaissance, qui retapent les niches ! :-)

    RépondreSupprimer
  21. Quoique...
    il y a bien des Licornes qui écrivent ! :-D

    Et en relisant, j'ai un petit doute : Jacou pourrait-elle nous dire à qui s'adresse le chien ? Qui est "dans de beaux draps" : Albert ? Ou l'alligator qui s'étouffe ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si le chien s'adressait à l"alligator, j'imagine mal, que ce dernier puisse lui répondre avec quinze kilos de métal dans sa gueule et qui l'étouffaient.
      J'avais pensé en B17 que c'était Albert qui s'adressait à son chien qui ricanait(en B16). Ce dernier , c'est à dire le chien lui répond en B18.
      Eh! ben La licorne, tu vois ce qui peut bien être arrangé, avant que l'alligator reprennes son souffle, hi!hi!

      Supprimer
    2. Coucou, pour moi, le chien parle à Albert.

      Supprimer
  22. Jusque-là, je trouvais que ce texte avançait "comme sur des roulettes"...trop facilement peut-être...:-)
    fallait bien qu'il y ait , à un moment donné un petit "hic" pour mettre de l'ambiance ! ;-)

    Tu as tout à fait raison, bizak, quant au "discours" de l'alligator, mais au pays des chiens qui "parlent", je m'imaginais un dialogue un peu "télépathique" entre animaux, si tu vois ce que je veux dire...

    Et comme je n'avais pas précisé qui répondait, je comprends que tu aies pensé que c'était Albert...

    Bon, tout compte fait, le plus simple est que je retire ma dernière phrase (B17) et qu'on reparte sur quelque chose de "plus clair"...dès que jacou nous aura dit à qui s'adresse le chien...!

    RépondreSupprimer
  23. Jacou ayant précisé que le chien s'adresse à ..Albert, je remplace la phrase B17 par :
    - Nom d'un pélican ! Ma caméra !
    Vous êtes viré, bougre d'andouille !
    s'époumonait le réalisateur.

    RépondreSupprimer
  24. B18: Le réalisateur ne comprenant rien à la situation, fit un un bras d'honneur à Albert et s'assit sans mot dire.

    RépondreSupprimer
  25. Aaaaaaaah...bizak !
    Je t'êêêêêêême...!!!!!!!!

    Comment vais-je faire pour apposer deux fois de suite "le réalisateur"...et puis, je te rappelle que le mec en colère, il est dans une barque et qu'il m'étonnerait fort qu'il soit...debout...
    De plus, le bras d'honneur, me semble-t-il... ne rajoute pas grand-chose à la situation...et comme il ne reste plus que trois phrases pour s'en sortir...dignement...je déclare que toute personne gaspillant les phrases sera immédiatement jetée dans la gueule de l'alligator affamé !!! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fallait bien qu'il bouge le mammouth, sinon la fin du récit va s'éterniser,et l'alligator serait mort et immergé.

      Supprimer
    2. Je sais bien que c'est toi qui nous a amené l'alligator et que tu le portes sûrement dans ton coeur...;-), mais son sort, vois-tu, nous intéresse moins que celui d'Albert...
      Que va faire Albert ? Que va-t-il dire ou penser ?
      That's the question...

      Et si, dans la mesure du possible, on pouvait éviter les "accointances" et les "bras d'honneur"...gratuits, ça m'arrangerait bien !
      Un peu de tenue sur ce blog, Tonnerre de Brest !!! ;-)))

      Supprimer
    3. Mais Albert et le réalisateur ne sont pas le même personnage, non?

      Supprimer
  26. Non, puisque le deuxième fonce avec sa barque sur le premier...

    Et si on mettait :
    "Dépassé par la situation, il finit néanmoins par se calmer et s'assit sans mot dire." ?
    (sans maudire ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,d'accord et pour le B19:
      "Albert avec un soulagement, voyait arriver la deuxième caméra de réserve, et cela a permis de filmer quelques séquences premières prévues..

      Supprimer
    2. Règle number Two :
      ***on peut pas proposer deux phrases de suite***

      Je sens que je vais me faire lyncher...
      je me sauve !!!!!!!

      Supprimer
    3. Tu prends la première phrase, sans te faire lyncher!

      Supprimer
  27. Peux pas.
    B18 étant de toi...j'attends quelqu'un d'autre pour B19...

    Aïe ! :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, zou, j'termine et on n'en parle plus !

      B19 - Albert sortit la caméra de réserve, contempla le soleil qui venait de se lever, les pélicans qui se posaient au loin, son chien qui s'ébrouait sur la rive...et il se dit que, viré ou pas, un jour, il reviendrait.

      Point final

      Supprimer
    2. C'est joli quand même comme conclusion, après toutes les péripéties de choc, de noyade, d'engloutissement de caméra par l'alligator. Bravo La Licorne, ainsi qu'à tous les participants(tes). Bon week end

      Supprimer
  28. C'est toi qui a calmé le jeu...en faisant taire le réalisateur... :-)
    Oui, merci à tous...et très bon week-end !

    Je suis assez contente de ce deuxième texte...et je sens que le troisième sera meilleur encore !

    RépondreSupprimer