samedi 5 mai 2018

A la claire fontaine


Pour l'Agenda ironique de mai
chez Valentyne

(deuxième texte)

Thème : Nu, nue, nus, nues...




Dans l'eau d'une claire fontaine
Nageait un illustre inconnu
Ayant passé la quarantaine
A en croire sa tête chenue

De loin je contemplais la scène
Discrètement, c'est entendu
D'autres un peu plus puritaines
Se seraient sans doute abstenues...

Mais j'aime les faridondaines
Et les situations saugrenues...
Las, ma vue étant incertaine
Je dus donc quérir longue-vue

Dans l'eau de la claire fontaine
Il s'ébattait sans retenue...
Exhibant un ferme abdomen
Et quelques parties plus charnues

Je fis l'point sur ce gentleman
Mmmm...pas de doute, il était nu
Son allure était olympienne
Toute femme en aurait convenu

Une plastique marmoréenne
Et un physique entretenu
Pas même un début de bedaine...
Le spectacle était bienvenu

Depuis, à la claire fontaine
Très souvent je suis revenue
En priant Dieu qu'mon capitaine
Y nage en petite tenue...

J'ai attendu sous le grand chêne
Avec une patience ingénue
Pendant des jours et des semaines
A l'aguet près du tronc moussu

Mais plus jamais l'homme-sirène
Au bord de l'eau n'est apparu...
Et même la belle fontaine
Ne sait ce qu'il est devenu...

La Licorne








 

15 commentaires:

  1. On passe à côté de belles choses quand même, toujours cachées et vêtues... j'en veux un peu à Adam et Eve... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais...t'as raison...j'vais aller vivre chez les Papous !
      Marre des grosses bottes et des cols roulés...:-)

      Supprimer
  2. Rafraîchissant ce peau-aime et cette histoire d'OH!!!

    Merci et gros câlinsss!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais...à peine dix jours plus tard, il fait cinq à dix degrés et je me les gèle...je viens de remettre un pull, et bizarrement, je n'ai plus du tout envie de fraîcheur...ça change vite, l'humeur, hein ?

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Ne pouvant égaler la poésie de Brassens, j'ai tenté de mettre un peu d'humour...en renversant la situation...:-)

      Supprimer
  4. tant de patience et il n'est pas venu
    sans doute court-il la prétentaine
    valait-il telles déconvenues ?
    il faut en prendre de la graine !

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, j'ai attendu attendu
      Et il n'est jamais venu...
      Zaï zaï zaï zaï
      Zâï zaï zaï zaï... :-))

      Peut-être court-il la prétentaine...
      Mais je ne l'ai jamais su...
      Est-il placé en quarantaine
      Pour exhibition malvenue ?
      Ou parti chez les indigènes
      Où l'on peut vivre dévêtu ?
      :-)
      Il arrive parfois qu'on s'éprenne
      D'une silhouette juste entrevue
      Les hommes l'avouent sans peine
      les femmes ont-elles plus de vertu ? ;-)

      Supprimer
  5. À la claire fontaine
    s’en allant promener
    a trouvé l’eau si belle
    qu’il osa s’y baigner
    Il y a longtemps
    que je l’aime
    jamais je ne l’oublierai

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une des premières chansons que j'ai chanté...et que je n'ai jamais oubliée...
      Dans sa simplicité et sa pureté, elle est merveilleuse, cette chansonnette...
      Merci pour ta version ! :-)

      Supprimer
  6. Oh, le festival de rime en "nu" est tout à fait bienvenu :-)
    Bien entretenu l'inconnu ...
    Bisessss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de concurrencer le festival de Cannes (parfois assez "dénudé" aussi), mais j'ai du mal... ;-)

      Supprimer
  7. Ah le joli mois de mai
    aux fontaines secrètes
    à l'eau claire qui promet
    à l'inconnu qui s'arrête
    quelque spectacle ingénu
    à découvrir à l'oeil nu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joliment dit...
      Vive les "fontaines secrètes"...et merci de ton passage ici, André !

      Supprimer
  8. Alors là, je suis plus que fan! J'avais la musique dans la tête en te lisant, et un grand sourire au lèvres! Merci pour cet homme nu qui donne envie d'y aller, à la claire fontaine! ;)

    RépondreSupprimer