mercredi 22 avril 2020

Agenda ironique : Laine et ribouldingue





Heureux qui comme Clovis
Prend le large et puis glisse
Vers les îles lointaines...
Vive la riboulaine !

Il part pour une année
Tout en laissant Margot
Le grillon du foyer
L'épouse de matelot

S'occuper sans relâche
De ses travaux d'aiguille
Et de toutes les tâches
Qu'on confie aux jeunes filles




Papa vogue et maman coud
Maman pique et papa rêve
Mais douze mois c'est beaucoup
Même pour Adam et Eve...

Les îles de Tahiti
Ne sont que paradis
Pensait notre héros
Encore un peu jeunot

Sur ces îles de douceur
Le bel aventurier
Par des crapules sans coeur
Un jour fut dépouillé




Et d'un coup il se dit
Qu'il était temps pour lui
De reprendre le bateau
De revoir sa Margot

Il débarqua dix mois
Après son grand départ
Fébrile et plein d'émoi
Le coeur en étendard

Doucement et sans bruit
Il entra dans la chambre
De sa belle aux yeux d'ambre
Encore tout endormie




"Mais qu'est-ce au pied du lit ?
Un marmot, un bambin ?!
Diantre, il est trop petit
Pour que ce soit le mien !

Je connais ces oreilles...
Cette blondeur sans pareille
C'est celle de mon voisin
La canaille, le gredin !"

Clovis prend son épée
Pour provoquer en duel
Le traître qui a osé
Dévergonder sa belle...




Hélas, il est meilleur
Sur la mer qu'au combat
Il ne faut qu'un quart d'heure
Pour qu'il passe à trépas.

Cette histoire, mes amis
Se termine tristement
Et cette tragédie
Ne plaira qu'aux amants

Pourtant j'aime sa morale
Qui sonne modernement :
"Ne te fais pas la malle...
Respecte le confinement !"
.

La Licorne
.


Règle du jeu

Il fallait choisir trois images, ou plus, 
parmi celles proposées par Carnets paresseux
les ranger dans l'ordre qu'on voulait 
et puis raconter l'histoire qu'elles nous évoquaient....

Il y avait 4 mots plus ou moins imposés,
je n'en ai gardé qu'un, le plus mystérieux : 
"riboulaine"...

Mais j'ai veillé à glisser dans mon texte, 
comme demandé :
un soupçon de temps qui passe 
et une pointe d’ironie...;-)







10 commentaires:

  1. 'Xcellente (et bien triste) comptine, à la morale confino-compatible !
    "aux mystères des confins, préfère les joies du couffin" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu l'auras compris...je ne suis pas particulièrement favorable au confinement...
      C'est du troisième degré ! ;-)
      J'aime bien ta morale à toi...très bien trouvé !

      Supprimer
  2. excellent :-) et excellente morale :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Adrienne !
      J'ai bien aimé aussi ta façon très "actuelle" de traiter le sujet...:-)

      Supprimer
  3. On peut toujours se confiner dans la malle de voyage!
    Joli texte!

    RépondreSupprimer
  4. Quelle poétique ballade qui ressemble à une fable d'un autre temps et dont la morale reste très actuelle. Bravo !

    RépondreSupprimer
  5. Un réel plaisir à lire, cette épopée détournée. Un voyage spatio-temporel, croisant aventure homérienne et chanson bretonne, pour revenir à une morale d'actualité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mary !

      Oui, tu as bien senti mon intention...au départ, j'avais dans l'idée d'écrire une "petite chanson"...
      Contente que ça te plaise...
      J'espère que tu vas bien !
      Bises.

      Supprimer