mercredi 7 février 2018

JEU 33 : Les Extras

 
 





2 septembre 2118.
 ...ça y est, j'ai réuni tout ce qu'il faut pour le Centenaire. Mon costume. L'invitation. Les coordonnées du point de rendez-vous. La liste des amis à prendre sur le chemin.

Ce matin, au saut du lit, Max m'a rappelé les détails à ne pas oublier. Il est bien, Max, il s'occupe de tout. De la liste de courses, de l'entretien de la maison, et même de l'organisation des fêtes et anniversaires. Une perle, ce Max. Jamais en panne, toujours au top. Une merveille de robot.

Cela fait donc pile cent ans qu'a eu lieu l'arrivée des Extras. Date sans équivalent dans l'histoire de la planète. Fin de la quarantaine. Début de l'ouverture sur les civilisations du cosmos.
Comment avait-on pu vivre aussi longtemps en niant leur existence ? Cela dépasse l'imagination.

Grand-grand-père, qui va sur ses cent vingt ans, en parle parfois avec un tremblement dans la voix :
"A l'époque, on ne croyait pas que la vie ait pu se développer ailleurs. On attendait des preuves. On s'était habitués à notre solitude et tous, on niait l'évidence. Des milliards d'étoiles et de planètes dans l'univers, et de la vie seulement sur la Terre, sur notre Terre, cela ne nous choquait pas. Oh ! On regardait bien quelques films de science-fiction, du style Star Wars... ou Avatar, mais on les regardait comme des divertissements, des fantaisies sans fondement. Quelle n'a pas été notre surprise quand ils ont débarqués ! Un choc. Presque un traumatisme.

Les journalistes en ont perdu la voix. Ils diffusaient en boucle les images de ces êtres en train de communiquer leur message à toute la population, et ne le commentaient presque pas. Tout le monde était là, devant sa télévision, sans savoir comment réagir. On s'attendait à une invasion, à une guerre, à des combats sans merci. Mais, voyez-vous, ce n'est pas du tout comme cela que ça s'est passé.

Les Extras étaient sans agressivité. Ils répétaient qu'ils ne nous voulaient aucun mal et que le temps était venu pour nous de créer des contacts avec le reste du monde, que c'en était fini de l'ère de l'isolement, qu'ils nous invitaient à travailler avec eux. Que s'ils ne s'étaient pas manifestés auparavant, c'était juste parce qu'ils attendaient que nous atteignions un minimum d'évolution et de maîtrise. Que nous y étions parvenus et qu'ils allaient maintenant, si nous étions d'accord, nous tendre la main pour nous aider à sortir de nos impasses et de nos erreurs. Parce que, soulignaient-ils,  nos "bêtises" avaient des répercussions jusque chez eux et que cela ne pouvait plus continuer ainsi.

J'avais dix-huit ans.
A partir de ce jour, tout a changé vertigineusement vite. Les gouvernements ont fait leur mea culpa et se sont enfin mis d'accord. En dix ans, le problème de la famine et de la pauvreté a été réglé. Le nucléaire a disparu. Il a été remplacé par la technique de l'énergie du vide. On a arrêté d'extraire du pétrole et du gaz de schiste. Vingt-cinq ans plus tard, grâce aux programmes de nettoyage, les océans et les rivières avaient retrouvé leur pureté et il n'y avait plus aucune pollution, ni dans l'eau, ni dans l'air. Ah, mes enfants, ce fut le tournant du siècle ! "

Il a raison, Grand-Pa, s'il y a une date qu'il faut fêter, c'est celle-là ! Et en beauté !
Nous, les jeunes, on ne se rend pas bien compte de ce à quoi on a échappé. Mais on en parle de temps en temps avec nos potes d'origine "extra". Et on se dit qu'on a de la chance. De la chance d'avoir toujours connu une Terre sans maladie, une Terre sans drame, une Terre sans guerre. Nous, on est la génération "d'après". Une génération sans complexe et sans frontière, une génération qui communique avec les étoiles et qui croit en son avenir.

Tout à l'heure, on va être un paquet à se réunir sur la méga-plate-forme du Pacifique, et on va faire une teuf d'enfer ! Côté musique, y'aura le meilleur du meilleur de la Galaxie...les groupes les plus en vue de ce coin d'univers...de Vénus à Arcturus !
...ça va "déchirer", comme dit Grand-Pa ! J'ai vraiment hâte d'y être !
Allez, Max, programme vite le GPS de la navette, on y va !

 
La Licorne







 

8 commentaires:

  1. Bel optimisme envers l'avenir. Un texte qui fait du bien. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui...j'ai essayé d'échapper au catastrophisme habituel...:-)

      Supprimer
  2. Mon rêve était donc prémonitoire !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait ? :-)
      En tout cas, j'ai pensé à toi en écrivant le texte !

      Supprimer
  3. Ça fait du bien de rêver à ce monde idyllique, propre et pacifié.
    Tellement beau ! Puissent nos descendants avoir la chance de le vivre...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est encore possible...je crois. Peut-être pas pour demain...mais pour après-demain...qui sait ? :-)

      Supprimer
  4. Bravo la Licorne, c'est une jolie rencontre
    qui si on en croit ton histoire pourrait arriver demain matin!
    Si on le prend symboliquement, comme un grand rêve,
    je dirais qu'à mesure que nous découvrons en nous l'extra-terrestre,
    l'étranger, ce qui gisait dans notre inconscient, les chances
    de s'en sortir "quand même" grandissent, avec les moyens de dénouer
    les obstacles pour améliorer notre condition d'humains.
    Merci,
    Michelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, se re-découvrir...de l'intérieur. Se redécouvrir à la fois fragile...et puissant.
      Fragile parce que embarqué sur une planète un peu "à la dérive"...et puissant, parce que tenant (avec tous les autres) le gouvernail...! :-)

      Supprimer