mardi 14 novembre 2017

JEU 30 : Rencontre à l'abri-bus

 
Jeu 30 : Deuxième proposition
 
 
 


Elle: - Dites, vous savez quand passe le prochain bus ?
Lui : - Dans 20 minutes, il me semble...
- Hum...ça va être long, avec le temps qu'il fait...
- Je vous prête un bout de parapluie, si vous voulez...
- Eh bien ce n'est pas de refus...je vous remercie. Le parisien n'est pas aimable d'habitude, ça fait du bien de rencontrer des gens qui ont encore un peu d'humanité.
- Il y en a encore, je vous l'assure...Et puis l'étudiant n'est pas pressé, fin juin...
- Ah bon, vous êtes étudiant ? Vous avez déjà passé vos examens ? Et qu'est-ce que vous faites de vos journées, si ce n'est pas indiscret ?
- Et bien, je me promène, je visite la ville, je vais dans les musées...et puis bientôt, j'irai passer quelques jours à la montagne, pour me reposer et faire le point...
- Hummm...je vois. je me souviens de cette période...la fin des études...une vraie libération  ! Enfin, temporaire, à vrai dire...parce qu'après, il faut intégrer le monde du travail...et ça , c'est une autre histoire...Tiens, je crois que mon bus est arrivé. Et le soleil est revenu ! Merci encore pour votre gentillesse...je vous souhaite de bonnes vacances...
-  Je vous en prie, tout le plaisir fut pour moi...
 
 Il ne ment pas, il n'a pas vu passer les vingt minutes...tout occupé à observer la courbe de ses joues et son délicieux sourire...Quel âge peut-elle avoir ? Vingt-cinq, vingt-six ans ?
Elle monte dans le bus...et c'est à ce moment-là que le jeune homme aperçoit un objet tombé sur le trottoir. Un grand carnet bleu.  Format A4.
 
 - Attendez, attendez...!!!
Le bus est sur le point de partir. Il se jette sur la porte et réussit à monter in extremis. Mais il y a tellement de monde qu'il reste coincé au niveau du conducteur, sans pouvoir avancer. Le bus démarre. Quatre mètres plus loin, l'inconnue lui tourne le dos et regarde dans l'autre sens...elle ne l'a pas vu . Il jette un rapide coup d'œil au carnet. La couverture épaisse est barrée par un élastique. Hum...trop tentant. Il essuie de la manche les quelques gouttes qui luisent, écarte l'élastique et feuillette rapidement les pages, sur lesquelles on a collé une dizaine de textes courts édités à l'ordinateur.
On dirait un journal...oui, c'est ça...un journal intime...Sur la première page, un prénom s'étale en lettres majuscules : Marianne.
Ah, mais voilà que le bus stoppe déjà. En levant les yeux, il l'aperçoit qui descend. Tout excité, il s'apprête à faire de même quand soudain...un grand échalas d'un mètre quatre-vingt-quinze enlace la belle par la taille et se met à l'embrasser fougueusement...
Gêné, il hésite quelques secondes.
En arrêt entre la porte coulissante et la rue. En suspens.
Alors, vous descendez ou pas...?  grogne le conducteur.
- Euh...non...finalement, je ne descends pas...
- Faut savoir...j'suis pressé moi...c'est mon dernier trajet...l'équipe de remplacement m'attend.
L'étudiant échaudé se rassoit. Pas de chance. Pas de chance.
Heureux aux examens...malheureux en amour, comme dit un de ses copains.
Il reste encore là une demi-heure, assis sur son siège usé, à lire distraitement des textes d'amour et des poèmes...qu'il aurait rêvé de recevoir ...
Et puis il descend en face du  musée d'Orsay et...ne sachant plus trop qu'en  faire, se résout à abandonner  le cahier bleu sur un banc.
 
Cinq minutes plus tard, une vieille dame s'assied sur ce même banc. Elle trouve le journal et l'ouvre...
Zut ! Elle n'a pas ses lunettes...Quel dommage...Elle le repose.. puis elle se met à fouiller dans son grand sac de courses...et s'aperçoit que le sac en papier des blettes s'est déchiré.
Alors, elle arrache une à une les feuilles imprimées du journal et reconstitue l'emballage comme elle peut ...en se disant qu'un carnet comme celui-là, c'est bien utile et que les feuilles blanches qui restent seront bien pratiques...pour noter ses futures embplettes.
.
La Licorne
.

 

P-S: Pour m'amuser  j'ai ajouté un "jeu dans le jeu" : 
saurez-vous repérer les 10 noms de journaux 
qui se sont "glissés" dans le texte ? ;-)



12 commentaires:

  1. Je me lance: 20 minutes, Le Parisien, l'Humanité, l'Etudiant, Libération, Le Point, Marianne, La Montagne, Le Monde. C'est un peu dans,le désordre, je n'en ai que 9. je n'arrive pas à trouver le dernier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout bon !

      Le dernier est en effet plus...discret !
      Mais tout aussi connu...

      Supprimer
  2. L'équipe, je crois. Le compte est-il bon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, y'a bien "L'équipe"...
      Mais j'avais compté trop vite, j'en ai retrouvé encore deux ! :-)

      Supprimer
  3. Le Temps (journal suisse) et le Soleil (journal du Québec) est-ce bien tout ?

    RépondreSupprimer
  4. Pour le journal manquant, j'ai noté Le Temps. Le journal suisse. Mais je n'en vois pas d'autre.
    Chouette histoire !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Célestine : j'ai pris quelques libertés avec la consigne de départ (l'homme n'achète pas le journal et il ne s'agit pas d'un journal de presse, mais c'était pour la bonne cause ! :-)

      Supprimer
  5. Je ne connaissais ni "Le temps" (quel beau nom pour le pays des montres) ni "Le Soleil" (encore mieux, au pays des neiges), mais grâce à vous, ma culture journalistique progresse...
    Pour trouver les titres qui restent, un indice : cherchez "court" !!!

    RépondreSupprimer
  6. La pauvre jeune femme elle a perdu son journal. J'en frémis. Il m'est arrivé de me faire voler mon cahier du moment en même temps que mon appareil-photo, chez moi. J'étais bien plus désolée d'avoir perdu mon cahier. Heureusement, c'est de la fiction. Ouf!
    Un vrai film d'horreur! Brrrr!
    Michelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose que la jeune femme de mon récit a été aussi désolée que toi, quand elle s'est aperçue que quelqu'un pouvait être en train de lire ses textes...C'est toujours horrible, en effet, quand des gens qui n'y ont pas été invités s'introduisent dans votre intimité...
      Mais l'histoire de Cortázar nous conduisait à suivre le journal...et non pas les personnages.

      Merci de ton commentaire, Michelle.

      Supprimer
  7. Alors c'était quoi le titre manquant ? ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  8. C'était assez facile à trouver : c'était le premier mot du texte(souligné et en caractères gras...je vous avais "tendu une perche"...), mot court et banal qui désigne cependant un journal féminin célébrissime : "Elle"... :-)

    (et puis, on peut aussi ajouter, mais là, au départ, je ne l'avais pas fait volontairement : "Lui")

    RépondreSupprimer