mercredi 14 septembre 2016

JEU 21 : Façon Vialatte



Dernières nouvelles de Noé
de l'arche...et du chat

Laissant septembre s’enivrer de l’actualité changeante, 
nous aborderons des sujets moins frivoles. 
Tels que Noé, son arche et le chat.

Les premiers remontent à la plus haute antiquité. 
Les sixième et septième chapitres de la Genèse en font foi. 
Cela n’est pas rien : le chat, lui, probablement créé un jour avant l’homme, 
n’y est mentionné nulle part. Cette omission du chat étonne ? 
Juste compensation, Alexandre Vialatte en dit des choses très belles.

Laissons le chat sur son coussin. Revenons à l’arche. 
La météo de ces dernières semaines nous y incite. 
A ses moments perdus – ce sont les plus précieux –
 l’homme d’aujourd’hui – en existe-t-il un autre ?- 
trouvera dans l’arche bien des sujets de réflexion. 
Disons-le tout net, sa construction n’en est pas un. 
Noé reçut, en même temps que la commande divine, un cahier des charges 
précisant la distribution intérieure, les dimensions et les matériaux : 
soit tant de coudées de long, tant de large et tant de haut ; 
du bois résineux enduit de poix ou de goudron pour l’étanchéité 
– le pompier de service dut avoir à redire à cette association peu ignifugée, 
mais en temps de déluge qui songe à crier au feu ? – 
et peut-être mangea-t-on froid pendant la croisière.


Cette arche, le savant jésuite Athanase Kircher 
– par ailleurs inventeur de l’orgue à chat, il fallait y penser – 
lui consacre un petit opuscule de 256 pages 
publié en 1675 à Amsterdam par le gendre de l’éditeur 
et cartographe Jan Janszon 
sous le titre bien trouvé d’Arche de Noé (épisode biblique).
Il y traite aussi doctement et en latin de l’embarquement des animaux, 
des vivres, du traitement des déchets et autres menus soucis 
que la gestion de ce zoo flottant devait poser à son capitaine. 
L’ouvrage de Kircher est si complet que rien de plus récent 
n’a été publié sur cette question – c’est dire – 
et le lecteur pressé et bricoleur gagnera à s’y plonger.

Mais alors, quels sujets de réflexions l’arche offre-t-elle encore
 à l’homme et à la femme d’aujourd’hui ? 
Laissons aux savants la grave question de savoir où se trouverait l’arche. 
Le certain est qu’on ne la trouve guère où on la cherche, 
le plus souvent aux alentours du mont Ararat ; 
mais il parait qu’on la voit et qu’on la visite aujourd’hui dans le Kentucky.


Ne gagnerait-on pas du temps en regardant où on ne la cherche pas ? 
Par exemple, sur les flancs du Puy de Dôme, 
aussi dignes de ce rôle que d’autres plus pentus. 
Les curieux y trouveraient des facilités d’hébergement appréciables 
et l’auvergnat un revenu certain.


L’homme et la femme d’aujourd’hui s’inquiéteront plutôt 
du sort des animaux embarqués comme aliments 
pour leurs congénères carnassiers : sauvés du déluge 
pour être mieux boulottés avant la décrue ! 
Attendant l’autobus, ils deviseront aussi du devenir des poissons :
nulle place dans l’arche pour eux ! 
On arguera certes qu’ils sont déjà dans l’eau, 
mais il faut songer aux forts courants induits par la montée des eaux, 
au changement du taux de salinité de l’eau, aux ruisseaux débordants, 
aux lacs mis en communication avec les océans… 
autant de désastres écologiques en puissance. 
L’imaginatif Kircher nous offre même, page cent-cinquante-cinq, 
le spectacle de monstres marins suffoquant, 
rejetés hors de l’eau par l’abondance même de cet élément !


Ils s’interrogeront enfin sur le grand massacre silencieux des plantes et des arbres. 
Ceux que le déluge submerge, certes. 
Celles que Noé embarque, fourrage et aliment pour ses bestiaux. 
Et enfin ceux qu’il abat, ébranche, écorce, tronçonne en planches,
 poutres et madriers pour faire le corps même de son vaisseau. 
Kircher même ne s’avance guère sur ce point, 
sans doute pour ne pas  attirer l’attention de l’excellent Francis Hallé.

Il ne dit rien non plus sur ce que faisaient les animaux dans l’arche. 
Vue la place impartie, ils ne devaient guère jouer à chat perché. 
Ils patientaient sans doute, s’aidant probablement d’énigmes et de devinettes. 
On voit par là combien de langues le chat du bord 
(et il devait y en avoir un, ne fusse que pour faire trotter les souris) 
dut recevoir en gage.

Les rendit-il en débarquant ? 
On ne sait.
A l’heure qu’il est, il dort sur son coussin et se tait.
C’est ainsi que le chat est grand.
.
Dodo 
(Carnetsparesseux)
.





3 commentaires:

  1. Kircher invite la Licorne (p 58) dans l'arche, avec le griffon (p 77) et la sirène (p 73) car se sont des animaux rares et impossibles à obtenir par croisement. Suivant son raisonnement, (p 67-68) il refuse l'accès au mulet (parce que stérile, donc inutile dans la durée) et à la girafe, qui n’est que le croisement d’un chameau et d’une panthère (faudrait plutôt un léopard, pour expliquer les taches...) et qu’on pourra donc toujours en refaire…(idem pour le léopard, croisement du lion (léo) et de la panthère (pardi)
    mais il ne dit mot du dodo, encore inconnu ou déjà disparu :'

    RépondreSupprimer
  2. C'est que le Dodo est encore plus rare et précieux que la Licorne !!!
    Cela fait un bail qu'on ne l'a plus croisé ailleurs que dans certains carnets qui n'ont de paresseux que le nom...

    Merci de ces précisions...je découvre le livre de Kircher, c'est très intéressant !

    J'aime beaucoup les chats...les arbres...Francis Hallé...
    et j'aime beaucoup ton texte aussi...

    J'aime les méandres de ta pensée, aussi sinueuse et souple que celle d'un petit félin...et j'aime le "style-ô" combien particulier de Vialatte dans lequel tu te promènes aussi facilement que dans l'arche dont tu as, si j'ai bien compris, les plans et le cahier des charges !
    Bravo !

    Le thème du déluge "passé au Kircher"...on en redemande ! ;-)

    RépondreSupprimer